Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Faire chuter l'absentéisme en Ehpad, c'est possible

Illustration © Adobe Stock

Faire chuter l'absentéisme en Ehpad, c'est possible

Lutter contre l'absentéisme est un défi pour les dirigeants du secteur. Directrice d'Ehpad, Karine Dages livre ses conseils, basés sur l'expérience.

 

Sonder les attentes

 

Lutter contre l'absentéisme et l'usure professionnelle est un vrai défi pour les dirigeants du secteur. Pour y parvenir, voici les conseils de Karine Dages, directrice de l'Ehpad "Le Domaine du Grand Pré" (Charente), de l’association gestionnaire Atash, où le nombre d'absences pour accidents est passé de 474 jours en 2014 à… zéro en 2017 et 2018. Mode d'emploi d'une expérience réussie.

 

 

Première étape de la démarche, être à l'écoute pour renouer la confiance. "On peut commencer par un audit sur l'état d'esprit et les besoins de l'équipe", rapporte Karine Dages. "Chez nous, cela a pris la forme d'un questionnaire sur la qualité de vie au travail [QVT], avec beaucoup de questions ouvertes sur comment améliorer les conditions de travail, la conciliation entre vie professionnelle et familiale, la reconnaissance".

 

Répondre aux besoins matériels et humains

 

Cette écoute est un premier pas, mais il faut vite passer à l'action : donner les moyens humains et matériels de travailler dans de bonnes conditions"Pour réduire la pénibilité, nous avons changé le matériel jugé inadapté, les collaboratrices ont fait des recherches et trouvé des outils plus légers et plus maniables", indique la directrice.

 

Ne pas lésiner non plus sur la qualité et le nombre des recrutements. "Cela a un coût, mais on y gagne sur le long terme, avec du matériel plus fiable, des équipes en meilleure santé et un taux d'absentéisme qui baisse".

 

Redonner de l'autonomie 

 

Autre piste, donner aux collaborateurs plus d'autonomie dans la prise de décision, par exemple sur la gestion des plannings.

 

"A partir des contraintes réglementaires et conventionnelles que je leur indique, les collaboratrices décident ensemble de leur emploi du temps en choisissant les rythmes et horaires qui leur conviennent le mieux pour bien travailler, et ça fonctionne très bien", souligne Karine Dages. 

 

Créer sens et motivation

 

Prévenir l'usure professionnelle, c'est aussi traiter la question du sens et de la motivation. "Nous avons profité des réunions d'équipe pour re-questionner le sens de leur travail aujourd'hui, leurs envies, ce qui les anime, pourquoi elles ont choisi ce métier"

 

Une étape de remobilisation qui peut déboucher sur de beaux projets : "Quatre soignantes ont voulu organiser un transfert de trois jours avec des résidents démunis dans un centre de vacances adapté, il y a eu des projets sur les tenues professionnelles, sur l'installation d'une salle de sport dans l'établissement, toujours en collaboration avec la direction et les représentants du personnel".

 

Prévention et formation

 

Enfin, quand les accidents du travail sont nombreux, une politique de prévention s'impose. "Une analyse de l'accidentologie avec le CHSCT a mis en évidence l'importance des chutes. Nous avons agi sur les causes en analysant chaque accident 'à chaud' avec le CHSCT et le salarié victime", explique la directrice. 

 

Des formations "Prévention des risques liés à l'activité physique (PRAP) en sanitaire et social" et "Sauveteur secouriste au travail (SST)", de deux à trois jours, se sont aussi révélées efficaces. "La moitié de nos 30 salariés y ont été formés par les formateurs internes de notre association gestionnaire (Atash) et sont maintenant en capacité de faire des propositions pour améliorer les pratiques".

 

Preuve qu'une démarche globale, RH et santé au travail, peut réduire à néant l'absentéisme pour accident et améliorer la qualité de vie au travail au bénéfice des usagers.

 

 

Voir les offres d'emploi en Ehpad.

 

Voir aussi

Les fiches métiers :

 

 

Les articles :

 

 

Vous trouvez ces conseils pertinents ? N'hésitez pas à les partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter