Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Formation des éducateurs spécialisés : ce qui a changé

© Adobe Stock

Formation des éducateurs spécialisés : ce qui a changé

Le diplôme d’État d’éducateur spécialisé (DEES) fait partie des formations visées par la réforme des diplômes en travail social, entrée en vigueur à la rentrée 2018.

 

Premiers diplômés en 2021

 

Un volume horaire inchangé (1 450 heures d’enseignement théorique et 2 100 heures de formation pratique) mais organisé différemment : les étudiants ayant démarré leur formation à la rentrée 2018 pour devenir éducateur spécialisé vont suivre un cursus remodelé dans le cadre de la réforme des diplômes en travail social.

 

Remodelé mais pas bouleversé comme l’explique André Mvogo, directeur des études de l’IRTS Parmentier à Paris : "Les volumes horaires restent identiques et le contenu des enseignements n’a pas beaucoup changé. On note juste quelques basculements : par exemple le DF 1 [domaine de formation] est devenu plus important avec 500 heures au lieu de 400 avant tandis que pour le DF2 c’est l’inverse, on est passé de 500 à 400 heures car désormais le mémoire relève du DF1".

 

Intégration au cursus LMD

 

C’est un arrêté du 22 août 2018, relatif au diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé (DEES), qui réglemente désormais la formation, en remplacement d'un texte datant de 2007, qui sera abrogé en 2020.

 

Le DEES est désormais classé au niveau II de la nomenclature des niveaux de formation (bac+ 3), précise ce texte. Cette reconnaissance au niveau licence ne sera cependant effective que pour les étudiants diplômés à partir de 2021.

 

Le socle commun

 

Le principal changement dans la préparation au DEES concerne la mise en œuvre d’un "socle commun", englobant un ensemble de "compétences partagées" par les métiers d’assistant de service social, d’éducateur de jeunes enfants (EJE), d’éducateur technique spécialisé (ETS) et de conseiller en économie sociale familiale (CESF).

 

Pour les titulaires de l’un des quatre autres diplômes concernés par la réforme, les domaines de compétences 3 et 4 de la formation d’éducateur spécialisé ("Travail en équipe pluriprofessionnelle et communication professionnelle" et "Dynamiques interinstitutionnelles, partenariats et réseaux") "sont considérés comme acquis" et ne donnent donc pas lieu à des épreuves de certification.

 

Initiation à la recherche

 

Comme pour les autres diplômes en travail social qui passent au niveau II à la faveur de cette réforme, la formation remodelée d’éducateur spécialisé comprend "un enseignement de langue vivante étrangère et un enseignement relatif aux pratiques informatiques et numériques". "C’est maintenant une injonction : l’apprentissage d’une langue étrangère devient obligatoire, alors que c’était jusqu’alors facultatif", précise André Mvogo.

 

Par ailleurs, est instaurée une unité de formation intitulée "initiation à la méthode de recherche", transverse aux quatre domaines de formation.

 

Réorganisation de la formation pratique

 

Autre nouveauté, terminologique cette fois : le terme de "stages" a disparu de l'arrêté nouvelle formule, qui le remplace par "périodes de formation pratique", tandis que leur durée minimale – de huit semaines – peut désormais "être scindée en deux fois quatre semaines" et "se dérouler sur deux sites qualifiants". Un aménagement destiné à pallier la pénurie de terrains de stages pour les étudiants en travail social.

 

Par ailleurs, la totalité de cette formation pratique doit désormais être "effectuée auprès d’un référent professionnel éducateur spécialisé", une condition qui ne figurait pas dans l’arrêté de 2007. Enfin, alors que depuis cette date, l’un des stages s’effectuait "obligatoirement dans une structure recevant du public en situation d'hébergement", ce n’est plus qu’une option dans la version de 2018.

 

 

Voir les offres d'emploi Educateur spécialisé.

 

Voir aussi

Les fiches métiers :

Les articles :

 

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager avec vos collègues !

 

Journaliste spécialisée