Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Comment prévenir les accidents du travail en Ehpad ?

© Adobe Stock

Comment prévenir les accidents du travail en Ehpad ?

Les risques professionnels pour les personnels des Ehpad sont à la fois physiques et psychosociaux. De bonnes pratiques peuvent contribuer à les limiter.

 

Manutention et TMS

 

Dans les Ehpad, près des deux tiers des accidents du travail sont la conséquence de lésions liées aux manutentions manuelles tandis que la quasi-totalité́ des maladies professionnelles concernent les troubles musculo-squelettiques (TMS), selon l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS).

 

En effet, "la grande dépendance physique des résidents implique une aide au transfert importante par les soignants", souligne l’Institut sur son site Internet.

 

Alléger la manutention

 

La prévention va donc passer en priorité par l’allègement des tâches de manutention à travers des aides techniques (rail plafonnier, revêtements de sols permettant de déplacer facilement les appareils lourds…) alliée à une sensibilisation des professionnels.

 

Ces derniers "peuvent en effet considérer que les efforts physiques font partie de leur travail, que cela est normal", souligne Florence Savary, responsable de la mission ressources humaines santé - Pays-de-la-Loire (MiRH) qui a mis en place un baromètre qualité de vie au travail et a édité, avec la caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) des Pays-de-la-Loire, un Guide d’évaluation des risques professionnels en Ehpad.

 

"Il faut arriver à faire passer le message qu’ils prennent des risques s’ils n’utilisent pas les aides techniques. Certains peuvent également avoir peur de faire mal à la personne âgée ou penser que le fait de la manutentionner est un manque de considération".

 

Se former aux aides techniques

 

Par ailleurs, "ces aides techniques peuvent apparaître contraignantes si on ne sait pas les utiliser", ajoute Clémentine Fuchs, psychologue du travail et chargée de mission à la MiRH. "Il est donc nécessaire de proposer une formation adaptée pour se les approprier"

 

A ne pas négliger non plus : le risque infectieux qui doit faire l’objet d’une "attention permanente", insiste l’INRS, à travers le respect des précautions standard dans ce domaine (hygiène de main, port de gants et de vêtements de protection…) et l’application des règles de gestion des déchets de soins.

 

Charge émotionnelle importante

 

Enfin, "les professionnels des Ehpad sont confrontés à des situations difficiles, en particulier des décès de résidents, et il leur faut gérer des personnes ayant de plus en plus de troubles cognitifs, tout cela génère une forte charge émotionnelle", relève Florence Savary. La prévention des risques psychosociaux est, à ce titre, essentielle, par exemple à travers des temps d’échange pour partager les difficultés rencontrées.

 

Pour la responsable de la MiRH, "le manque d’autonomie est également un facteur de risque psychosocial". Elle recommande ainsi de laisser plus de marges de manœuvre aux salariés. Par exemple, en les impliquant davantage dans les décisions d’organisation (gestion des plannings, environnement de travail…) et en les associant au choix des aides techniques. "Leur demander leur avis, c’est aussi une forme de reconnaissance".

 

 

Voir les offres d'emploi en Ehpad.

 

Voir aussi 

Les fiches métiers :

 

Les articles :

 

En savoir plus

Prévention des TMS dans les activités d’aide et de soins en établissement, recommandation de la Cnamts.
Guide d’évaluation des risques professionnels en Ehpad, à télécharger sur le site de la MIRH/Carsat Pays-de-la-Loire.
"Ehpad. Préserver la santé des personnels tout en optimisant la qualité des soins", document de l’INRS à télécharger sur le site de l'INRS.
Un film de l’INRS sur des exemples de démarches de prévention des TMS dans des Ehpad.

 

Vous avez trouvé cet article intéressant ? Vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisée