Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Métiers du grand âge : l'Etat cherche à attirer des candidats

La ministre du Travail en visite dans un Ehpad, juillet 2019. © Anne Simonot

Métiers du grand âge : l'Etat cherche à attirer des candidats

Une mission sur les métiers du grand âge a été confiée par la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, à Myriam El Khomri, ex-ministre du Travail.

 

Une mission pour valoriser les métiers

 

Plus de trois mois après avoir annoncé un plan national pour les métiers du grand âge, à l'occasion de la remise du rapport Libault "Grand âge et autonomie", le gouvernement a confié, le 3 juillet 2019, une mission sur l'attractivité des métiers du grand âge à Myriam El Khomri, ancienne ministre du Travail.

 

Cette mission s'inscrit dans une réforme qui doit être engagée à l'automne 2019, avec des mesures qui seront prises dans le cadre du projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2020 et d'autres qui feront l'objet d'un projet de loi présenté à la fin de l'année.

 

Recruter et fidéliser les personnels

 

"Environ 830 000 personnes travaillent actuellement auprès des personnes âgées en perte d’autonomie", rappelle le ministère des Solidarités et de la Santé.

 

Or ce nombre devrait augmenter d'environ 20 % d'ici à 2030, du fait de la seule évolution démographique, sans compter "les hausses des effectifs qui seront nécessaires pour améliorer la qualité des prises en charge".

 

Pourtant, "aujourd’hui, les structures, à domicile comme en établissement, peinent à recruter et à fidéliser leur personnel", constate le ministère, qui veut donc "attirer davantage de jeunes et de personnes éloignées de l’emploi vers les métiers du grand âge".

 

Redonner du sens à ces métiers

 

Ce travail portera notamment sur la polyvalence des formations et des compétences, pour faire tomber les barrières entre établissements et services à domicile. Parmi les filières visées, on peut notamment citer les métiers d'aide-soignant et d'accompagnant éducatif et social (DEAES).

 

Enfin, "il faut redonner du sens aux métiers du grand âge", a déclaré Agnès Buzyn, en réponse aux aspirations des professionnels qui les ont choisis "parce qu'ils sont profondément humains".

 

La ministre du Travail en Ehpad

 

C'est aussi avec l'objectif de mettre en valeur ces fonctions que la ministre du Travail a visité, le 2 juillet, un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) du groupe privé Korian – qui doit signer près de 4 000 CDI en 2019, dont quelque 2 350 pour des aides-soignants.

 

"En 2050, nous serons cinq millions de personnes de plus 85 ans", a avancé Muriel Pénicaud. "On a déjà aujourd'hui une tension sur les recrutements, mais ça va changer d'échelle", a-t-elle alors anticipé, en estimant que ce secteur va devenir l'un des "très grands secteurs d'embauche", en France et ailleurs.

 

Quant au manque d'attractivité dont souffrent ces métiers, il est à mettre en lien, selon elle, avec "l'idée que souvent les gens s'en font, qui ne correspond pas toujours à la réalité".

 

La voie de l'apprentissage

 

De fait, "il n'y a pas de métiers plus humains" et "la qualité de l'accompagnement de vie, c'est la relation humaine", a-t-elle plaidé, en défendant la voie de l'apprentissage – l'un des piliers de sa loi "Avenir professionnel" – pour pallier les difficultés de recrutement.

 

Car, selon elle, "tous les métiers du social, du médico-social et du médical ont vocation à pouvoir s'apprendre par l'apprentissage", que ce soit en formation initiale ou en reconversion.

 

 

Voir les offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers :

 

Les articles :

 

En savoir plus

Communiqué du ministère des Solidarités et de la Santé.
Discours d'Agnès Buzyn, sur le site du ministère.

 

Si vous trouvez cet article intéressant, n'hésitez pas à le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter