Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Accueillant familial : accompagner au cœur de son domicile

L'une des personnes âgées qui vivent en accueil familial permanent chez Marie Provôt. © DR

Accueillant familial : accompagner au cœur de son domicile

Ils vivent au quotidien avec les personnes qu'ils accompagnent, personnes âgées ou handicapées. C'est le rôle des accueillants familiaux, un métier à découvrir.

 

Travail à temps plein

 

Marie Provôt accueille, à son domicile, trois personnes âgées de 88 ans atteintes de pathologies dégénératives.

 

Celle qui a été, par le passé, aide médico-psychologique (AMP) en Ehpad et en foyer d'accueil médicalisé (FAM) s'est orientée vers l'accueil familial il y a 12 ans. "Avoir seulement sept minutes par jour pour m'occuper des personnes ne me satisfaisait pas", se souvient-elle.

 

 

Engagement familial

 

Pour expérimenter ce métier, qui ne l'engageait pas seulement mais aussi sa famille, elle a commencé par de l'accueil-vacances, avant d'aller plus loin pour "accompagner durablement les personnes", avec l'accord de ses proches.

 

Habitant à l'époque dans le Finistère, elle y obtient son agrément. "Il fallait respecter plusieurs critères, comme avoir des chambres d'au moins 9 m2, avec un point d'eau à proximité". Des travailleurs sociaux et un psychologue font également une enquête préalable.

 

Depuis un décret de décembre 2016, l'agrément est accordé après une formation initiale obligatoire pour une période de cinq ans.

 

Une maison adaptée

 

La famille s'installe ensuite en Dordogne, qui valorise l'accueil familial, enjeu crucial face au vieillissement de la population. "Le conseil départemental et le conseil régional attribuent aux mairies des subventions pour financer des maisons adaptées", explique-t-elle, "ce dont j'ai profité avec une maison de plain-pied, des chambres confortables avec salles de bain, et l'étage pour notre famille".

 

Les journées sont rythmées par une organisation bien rodée. Les levers se font au rythme de chacun, les résidents rejoignent ensuite la salle de vie, où ils attendent le passage de l'infirmière pendant que Marie Provôt s'attaque au nettoyage des sanitaires et des chambres. 

 

Des rituels quotidiens

 

Son mari étant remplaçant, elle peut s'absenter du domicile pour faire les courses. "Pour préparer les repas, ceux qui peuvent participer le font en épluchant les légumes, par exemple, pour maintenir au maximum leur autonomie", décrit-elle.

 

L'après-midi, elle se déplace avec ceux qui le souhaitent au club de belote, à des lotos, en balade. Comme les autres repas, le dîner est pris avec les résidents, vers 19 h "car ils aiment bien voir le journal télévisé et la météo".

 

Patience et tolérance

 

Pour être accueillante familiale, Marie Provôt estime qu'il faut "être profondément humain et sociable, être à l'écoute, avoir beaucoup de patience et de tolérance pour accepter les personnes telles qu'elles sont et avec leurs habitudes".

 

Ce n'est pas, selon elle, un métier "que l'on exerce pour le salaire", qui relève davantage de la "contrepartie financière" obtenue après de savants calculs, entre rémunération journalière et indemnités diverses. Elle perçoit ainsi entre 1 500 et 1 800 € par mois.

 

Un statut fragile

 

Elle pointe certes des difficultés persistantes : le manque de reconnaissance, le fait que le statut de l'accueillant familial exerçant dans le cadre du gré à gré (comme c'est son cas) soit "dérogatoire au code du travail, peu lisible et surtout peu protecteur (absence de cotisations chômage, entre autres)", la difficulté de fidéliser des remplaçants... Marie Provôt milite donc au sein de l'association France Accueil Familial, qu'elle préside avec son mari.

 

Malgré tout, elle ne regrette pas son choix : "Tous les jours j'apprends, et l'échange est très enrichissant", assure-t-elle en effet.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

La fiche métier Accueillant familial.

 

Les articles :

 

 

Vous trouvez ce témoignage intéressant ? Merci de le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter