Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Travail social : trouver l'équilibre entre vie pro et vie perso

Horaires aménagés, télétravail... Des pistes pour concilier travail et vie privée (illustration). © Adobe Stock

Travail social : trouver l'équilibre entre vie pro et vie perso

Motivation accrue, absentéisme en baisse... Les employeurs ont tout à gagner à aider les salariés à "jongler" entre vie professionnelle et vie personnelle.

 

Les contraintes du secteur social

 

La conciliation vie professionnelle / vie personnelle est un sujet de préoccupation pour 92 % des salariés, tous secteurs confondus, d'après le baromètre 2018 de l'Observatoire de l'équilibre des temps et de la parentalité en entreprise.


C'est encore plus vrai dans le champ social et médico-social, avec des contraintes horaires liées à la spécificité des interventions, au moment de la toilette ou des repas par exemple, en établissement ou dans l'aide à domicile.

 

Assouplir les contraintes horaires

 

Difficile dans ces conditions de se rendre disponible pour ses enfants ou ses parents âgés en perte d'autonomie, et encore moins de s'investir dans des activités extraprofessionnelles. Pas négligeable qui peine à recruter...

 

Pourtant, des mesures peuvent permettre d'assouplir ces contraintes : aménagement des horaires, télétravail, temps partiel sans impact négatif sur la carrière...

 

Temps partiel choisi

 

A l'Udaf de la Haute-Garonne, les 90 salariés bénéficient ainsi d'horaires de travail souples : ils peuvent embaucher entre 7 h 30 et 9 h le matin et quitter leur poste entre 16 h 30 et 18 h.

 

Signataire d'une charte sur la parentalité, l'association accompagne ses salariés à leur retour de congés parentaux pour envisager, s'ils le souhaitent, un temps partiel choisi.

 

Une activité parallèle

 

"Nous avons également de plus en plus de personnes qui désirent développer une autre activité sans quitter notre structure, en cumulant deux temps partiels", indique Maryse de Nadaï, la directrice.

 

"Une salariée a, par exemple, le projet de créer un gîte touristique. Nous réfléchissons ensemble à la possibilité qu'elle travaille moins chez nous durant la période estivale durant laquelle l'activité touristique est plus forte".

 

Des salariés moins stressés

 

Si ce type de mesures suppose une certaine gymnastique au niveau RH, Maryse de Nadaï estime que l'on "ne peut pas laisser les salariés se débrouiller seuls" : "Prendre du temps pour s'occuper de ses enfants ou pour ses parents en perte d'autonomie, ce sont des questions de société. Et répondre aux besoins des familles : c'est la mission même des Udaf".

 

A la clé, c'est aussi la garantie d'un bon climat social avec des salariés moins stressés, plus engagés et moins absents.

 

Des tablettes pour gagner du temps

 

Lutter contre l'absentéisme, fidéliser les salariés et, plus globalement, améliorer la qualité de vie au travail, ce sont aussi les raisons qui ont poussé l'Udaf de la Somme à faciliter l'équilibre entre vie professionnelle et personnelle.

 

"Nous avons expérimenté l'usage de tablettes numériques que nous allons déployer auprès de 70 travailleurs sociaux d'ici à la fin de l'année", explique Marion Henry, directrice générale de l'Udaf 80.

 

"Les tablettes permettent aux salariés d'écrire leurs rapports sans être obligés de revenir au siège, à Amiens. Ils peuvent aussi s'en servir entre deux rendez-vous ou lorsqu'ils attendent la conclusion d'une audience". Du temps gagné qui permet de rentrer moins tard chez soi.

 

Négociations sur le télétravail

 

Toujours pour économiser les trajets inutiles, l'association va créer un centre de ressources à Abbeville avec mise à disposition de locaux et de voitures.

 

Enfin, des négociations sur le télétravail doivent démarrer avec les instances représentatives du personnel en septembre 2019.

 

 

Voir les offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter