Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Maîtresse de maison : un métier atypique de l'accompagnement

La maîtresse de maison accompagne les résidents d'un lieu de vie dans les tâches quotidiennes (illustration). © Adobe Stock

Maîtresse de maison : un métier atypique de l'accompagnement

Derrière le terme un peu désuet de "maîtresse de maison", se cache une fonction à géométrie variable, entre accompagnement social, animation et intendance.

 

Une fonction polyvalente

 

Comme son nom l'indique, le maître ou la maîtresse de maison est la personne responsable des tâches quotidiennes pour la bonne tenue d'un établissement social ou médico-social tel qu'une maison d'enfants à caractère social (MECS), une pension de famille, un foyer de vie, etc.

 

Cette fonction méconnue peut englober un large éventail de missions allant de l'accueil du public accompagné à l'intendance en passant par l'animation des lieux.

 

Avec une dimension sociale

 

Maîtresse de maison dans un centre d'hébergement pour femmes avec enfants victimes de violences intrafamiliales, géré par l'association AUVM, Sophie Jamis, 50 ans, remplit ainsi, en plus de la gestion des stocks (nourriture, vêtements) ou du ménage des parties communes, une véritable fonction sociale d'écoute des personnes accueillies, sous la responsabilité et en complémentarité avec le travail des référentes sociales de la structure.

 

"Présente sur les lieux de 12 h à 20 h, je suis disponible pour les dames au fil de la journée afin de répondre à leurs besoins, comme les aider à remplir un papier administratif", témoigne-t-elle. "Je vais repérer leurs difficultés, par exemple avec un enfant, et je pourrai en discuter avec le reste de l'équipe pour trouver des solutions".

 

Elle assure aussi des temps d'animation (ateliers cuisine, travaux manuels…) qui permettent de soutenir la dynamique du collectif.

 

Un rôle variable

 

Dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), la maîtresse de maison – également appelée "responsable d'hébergement" – peut ne pas être en contact direct ou constant avec le public mais plutôt avoir un rôle de management.

 

Encadrant notamment le personnel de ménage, elle sera chargée de la gestion des plannings et aura davantage de tâches administratives. Ce type de poste est souvent occupé par d'anciens aides-soignants ou agents de service hospitalier (ASH), qui ont trouvé là l'occasion d'évoluer dans leur carrière.

 

Une formation certifiante

 

Si le CAP "petite enfance" ou le BEP "carrières sanitaires et sociales" représentent une bonne base pour exercer ce métier, il est en plus prévu, depuis 2003, une formation certifiante (de 203 heures), articulée autour d'un tronc commun avec celle de surveillant de nuit, accessible sans diplôme.

 

Une formation particulièrement indiquée pour les personnes qui choisiraient de se reconvertir dans ce métier après une expérience en hôtellerie grand public, par exemple.

 

Des qualités relationnelles

 

Pour sa part, Sophie Jamis ne possède pas de diplôme du secteur social ou médico-social, et estime qu'elle doit à "son expérience de vie" de pouvoir occuper cette fonction.

 

Mais le métier de maîtresse de maison nécessite, selon elle, d'"être organisée" pour ne pas se laisser déborder par le quotidien, mais aussi de "savoir s'adapter aux situations d'urgence", compte tenu de la fragilité des publics et de "pouvoir faire preuve à la fois d'empathie et de recul sur les situations".

 

"Sans être travailleur social, on 'encaisse' les confidences et les humeurs des personnes. Heureusement, la réunion d'équipe hebdomadaire, et l'équipe elle-même, permettent de se sentir soutenu", confie-t-elle enfin.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

 

Vous trouvez cet article intéressant ? N'hésitez pas à le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter