Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Quel profil pour diriger une maison d'enfants à caractère social ?

Qui recruter pour diriger une maison d'enfants à caractère social ? Les conseils d'un directeur. © DR

Quel profil pour diriger une maison d'enfants à caractère social ?

Une maison d'enfants à caractère social (Mecs) doit être incarnée par une direction forte, juge un directeur qui nous livre des clefs pour endosser la fonction.

 

Une expérience dans le secteur

 

Avant de prendre un poste de direction dans une maison d'enfants à caractère social, il faut "une bonne connaissance du secteur et de ces institutions amenées à vivre au quotidien avec des enfants et adolescents en grande souffrance", estime Noël Touya, directeur de la Mecs Saint-Vincent-de-Paul à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques).

 

Une expérience de chef de service ou d'adjoint de direction dans un établissement similaire sera donc un atout majeur voire indispensable.

 

Présence, cohésion et cohérence

 

Trois éléments sont déterminants pour incarner la fonction : "La présence dans l'établissement, avec une disponibilité incluant le week-end pour assurer des permanences, la cohérence des réponses apportées et la cohésion au niveau de l'équipe professionnelle".

 

Dans une organisation où les rapports entre jeunes et entre jeunes et professionnels peuvent être difficiles, le directeur doit "veiller, arbitrer, avoir en tête l'intérêt général".

 

Une dimension d'autorité

 

Ce poste demande en outre de l'engagement et l'acceptation d'une dimension d'autorité. "Le directeur doit envoyer régulièrement des signes que sa place est occupée", insiste-t-il.

 

Côté management, le directeur doit faire équipe avec ses collègues directs : adjoint, chefs de services, coordonnateurs. "Si le directeur a le pouvoir de décision, il n'est pas omnipotent. La décision se construit collectivement, notamment pour les situations complexes".

 

Garder sa porte ouverte, écouter les bruits de l'institution sans intervention immédiate : le directeur doit aussi savoir déléguer. "Il intervient quand un jeune ou un professionnel a besoin d'un espace tiers", poursuit Noël Touya.

 

Prendre soin de l'institution

 

L'autorité n'exclut pas la sensibilité. "Un directeur doit gérer la négativité car il est le réceptacle de toutes les angoisses, des questionnements et des émotions, doit savoir les accueillir, calmer la situation et trouver des stratégies".

 

Il veille à la formation continue des salariés, à l'accompagnement pédagogique des jeunes recrutés, garantit des espaces d'analyse de la pratique et prévient l'absentéisme. "Il est de la responsabilité du directeur de prendre soin de son institution, qui doit être en bon état de marche. Car la situation peut se tendre très rapidement en cas d'absence d'un éducateur ou d'un chef de service", souligne-t-il.

 

Suivre l'évolution du secteur

 

Le directeur doit aussi accompagner les évolutions du secteur, notamment en direction des familles. "Il forme les professionnels sur la communication avec les parents et impulse l'élaboration d'un schéma d'intervention collaboratif avec eux, afin de pacifier les relations et de permettre aux enfants d'investir la relation avec l'éducateur".

 

Enfin, dans un contexte d'inclusion, il doit nouer des partenariats extérieurs, voire permettre l'accueil d'autres publics, par exemple en prêtant les locaux pour des activités sportives ou de loisirs. "Avec la montée du placement à domicile et donc l'intervention des éducateurs auprès des familles, cette dimension d'ouverture va s'accentuer".

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

En savoir plus

Noël Touya est co-auteur, avec Francis Batifoulier, de Travailler en Mecs (éd. Dunod, 2014).

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter