Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Handicap : un éducateur spécialisé qui mise sur la formation

Educateur spécialisé en Samsah, Gilles Clouzeau continue de se former. © DR

Handicap : un éducateur spécialisé qui mise sur la formation

Educateur spécialisé en Samsah, après d'autres types de structures du champ du handicap, Gilles Clouzeau mise sur la formation continue pour s'ouvrir l'esprit.

 

Une vocation précoce

 

"Adolescent, j'ai aidé une maman dont la fille était autiste avec des comportements violents", se souvient Gilles Clouzeau, aujourd'hui âgé de 47 ans. "Après cette première expérience, j'ai poursuivi l'été suivant comme animateur dans un centre de vacances pour autistes : j'avais trouvé ma vocation".

 

Dans un secteur où les besoins en personnel sont élevés, il enchaîne les contrats dans plusieurs types d'établissements, auprès de différents publics : enfants, adultes, polyhandicapés, personnes souffrant de troubles psychiques… Et se forge ainsi une solide culture du handicap.

 

L'intérêt de la formation en alternance

 

Une expérience professionnelle qu'il double d'un cheminement intellectuel fondateur : il conserve un souvenir ému de sa formation au diplôme d'Etat d'éducateur spécialisé (DEES), à l'Institut régional de formation aux fonctions éducatives d'Amiens (Apradis).

 

"Entré dans la vie active comme 'candidat élève éducateur', j'ai suivi la formation au DEES au début des années 2000", précise-t-il en évoquant "une expérience magnifique", liée au système d'apprentissage.

 

"L'alternance entre la formation théorique – en psychologie, sociologie, psychanalyse, droit, neurophysiologie, sciences de l'éducation – et les périodes en institutions – avec l'émulation de groupe, les analyses et les échanges sur nos expériences pratiques – était très motivant".

 

Un regard mitigé sur la VAE

 

De cette expérience, Gilles Clouzeau a gardé une appétence forte pour l'apprentissage et il participe à des modules de formation continue dès que possible. De ce fait, il porte un regard mitigé sur la validation des acquis de l'expérience (VAE) comme voie d'obtention d'un diplôme en travail social.

 

"On peut devenir éducateur spécialisé par la seule expérience mais je trouve dommage de se passer de tout le corpus de la formation", insiste-t-il, "c'est un enrichissement irremplaçable qui donne du recul sur soi-même et dans les interactions avec les autres".

 

Du milieu fermé au milieu ouvert

 

Après avoir passé une petite quinzaine d'années dans un foyer de vie pour adultes handicapés à Semur-en-Auxois (Côte-d'Or), il a intégré, en 2018, un service d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés (Samsah), dans l'Yonne. Un passage entre milieu fermé et milieu ordinaire qui s'est révélé assez déstabilisant.

 

"La relation de confiance ne va pas de soi en milieu ouvert", constate-t-il. "En foyer, le rythme collectif s'impose à chacun, les interactions sont automatiques. Alors qu'en Samsah, les gens sont autonomes, avec des troubles psychiatriques graves, et cela change tout".

 

Une adaptation positive

 

Par exemple, avance Gilles Clouzeau, "le rapport au temps, souvent chaotique, peut transformer une simple prise de rendez-vous en épreuve. Il me faut m'adapter mais c'est ce que je voulais car la vie du foyer, la routine – sécurité indispensable pour ce public – avait fini par me peser, il y avait une forme d'enlisement dans le travail avec les résidents".

 

Après plusieurs années d'internat, cet éducateur apprécie aussi de bénéficier d'horaires de bureau – avec 35 heures de travail hebdomadaire, il gagne 1 800 euros nets par mois – et de pouvoir profiter de sa famille. Sans oublier, enfin, qu'avec un employeur qui prend très au sérieux son obligation de formation continue, il a tout pour être heureux.

 

 

Voir les offres d'emploi d'éducateur spécialisé.

 

Voir aussi

La fiche métier Educateur spécialisé.

 

Les articles :

 

Vous avez trouvé ce témoignage intéréssant ? N'hésitez pas à le partager avec vos contacts !

 

Journaliste

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter