Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Comment intégrer un intérimaire dans son établissement ?

Les conseils de Florent Aboudharam pour intégrer les intérimaires en Ehpad. © DR

Comment intégrer un intérimaire dans son établissement ?

Directeur d'Ehpad, Florent Aboudharam est amené à recruter des intérimaires, qu'il faut accompagner pour mieux les intégrer. Il livre quelques conseils.

 

Florent Aboudharam dirige deux établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en Seine-et-Marne, à Rebais et à La Ferté-Gaucher. Des établissements qui recourent, parfois, à des personnels intérimaires qui nécessitent d'être accompagnés dans leur prise de poste pour mieux s'intégrer. Entretien.

 

Les intérimaires sont-ils moins engagés ?

Pas du tout. Beaucoup choisissent d'exercer leur profession de cette manière, en changeant régulièrement de lieu de travail. Ça ne signifie en rien qu'ils sont moins impliqués dans leur métier, qu'ils y mettent moins d'engagement ou de sens. Je les crois au contraire très investis dans les tâches qu'ils ont à accomplir.

 

En revanche, ils ne sont pas intéressés par la vie des institutions dans lesquelles ils travaillent. Les sorties entre collègues ou les moments conviviaux au sein du service, ce n'est pas leur truc.

 

Peut-on attendre autant d'un intérimaire que d'un permanent ?

Absolument. Un établissement ne fait pas appel à un intérimaire par plaisir mais parce qu'il a un vrai problème de sous-effectif. On attend donc de lui qu'il remplisse les mêmes missions que celui ou celle qu'il remplace, en matière de charge de travail comme de qualité de travail.

 

Un intérimaire, ce n'est pas un sous-salarié. D'ailleurs, on doit lui offrir les mêmes conditions de travail que celles de la personne qu'il supplée.

 

Mais l'intérimaire connaît mal la structure…

C'est pour cela qu'il est primordial de savoir l'intégrer au reste de l'équipe. Un intérimaire, il faut l'accueillir. Et l'accompagner dans sa prise de poste. Pour qu'il soit à la fois capable de se repérer dans l'établissement et d'adopter les bons comportements vis-à-vis du public. 

 

Dans un Ehpad, par exemple, tous les résidents ne se ressemblent pas, il faut savoir comment les aborder, leur parler, les aider. Il est donc indispensable que l'intérimaire ait les clés pour comprendre l'environnement professionnel dans lequel il évolue. Sinon, il risque de réaliser un travail de moins bonne qualité. Ou passera une mauvaise journée, et n'aura pas envie de revenir.

 

Peuvent-ils signaler des dysfonctionnements ?

Ce sont en effet de très bons observateurs. Non seulement parce qu'ils ne sont pas pris dans la routine d'un service, mais aussi parce qu'ils vivent des expériences différentes en fonction des établissements dans lesquels ils travaillent.

 

La difficulté, c'est de ne pas les mettre en position délicate vis-à-vis des salariés permanents. Si ces derniers ont le sentiment que l'intérimaire joue les "indics", ça ne va pas faciliter leur intégration dans le collectif de travail ! Il faut donc être un peu subtil en la matière.

 

Les intérimaires peuvent-ils compter sur les équipes ?

Pas suffisamment à mon goût. C'est un axe de travail sur lequel il est d'ailleurs intéressant de travailler. Les personnels permanents voient souvent les intérimaires comme des personnes peu opérationnelles, qu'il va falloir aider. Ce qui représente alors une charge de travail supplémentaire. Ce n'est pas faux, du moins au début.

 

Mais ils devraient aussi voir les intérimaires comme des ressources, qui vont permettre de les libérer de certaines tâches. Sans eux, le surcroît de travail serait bien plus grand encore.

 

 

Voir les offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers :

 

Les articles : 

 

Vous trouvez ce retour d'expérience intéressant ? N'hésitez pas à l'envoyer à vos contacts !

 

Journaliste spécialisé