Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Assistante sociale : découvrir le métier dans un roman

Assistante sociale, Sylvie Kowalczuk est aussi écrivaine pour faire connaître son métier. © DR

Assistante sociale : découvrir le métier dans un roman

Assistante sociale de profession, Sylvie Kowalczuk écrit des romans dont l'héroïne est… assistante sociale. Avec pour ambition de donner à voir son métier.

 

La réalité du métier

 

"Aujourd'hui, qui connaît la réalité du métier d'assistante sociale ?", interroge Sylvie Kowalczuk, qui exerce en polyvalence de secteur, en milieu rural, depuis une vingtaine d'années – après avoir eu son diplôme à l'école de la Croix-Rouge française en 1994. Elle avait découvert le travail social en regardant la série télévisée Pause café, diffusée dans les années 80 et qui mettait en scène une assistante sociale en milieu scolaire.

 

Soucieuse de donner à son tour de la visibilité à sa profession, Sylvie Kowalczuk se lance, en 2018, sous le pseudonyme de Stella Kowalczuk, dans l'auto-édition d'une série de romans dont le cinquième tome vient de paraître, avec cette invitation aux lecteurs : "Oubliez tout ce que vous savez sur les assistantes sociales".

 

Une héroïne romanesque

 

Ses livres racontent donc les aventures, souvent rocambolesques, de Gwendoline, assistante sociale dans un centre social en secteur rural. Au fil du récit, l'autrice alterne entre romanesque – avec une héroïne peu conventionnelle – et réalisme – avec les situations vécues par les personnes accompagnées.

 

"Mon héroïne s'affranchit de sa hiérarchie et des règles, ce que, moi, je ne peux pas faire", précise Sylvie Kowalczuk. "Le quotidien d'une assistante sociale est souvent laborieux, je l'ai pimenté en introduisant de la fantaisie et de l'humour. En revanche, les situations décrites – un monsieur qui a sombré dans l'alcool, un paysan surendetté… – sont en prise avec la réalité du terrain et découlent de mes rencontres, bien entendu en respectant l'anonymat des personnes".

 

Les qualités d'une travailleuse sociale

 

Si son héroïne sort du cadre, elle est aussi dotée de qualités "nécessaires à l'exercice de la profession", nuance cependant l'autrice. "Gwendoline est extrêmement persévérante, je dirais même que c'est un 'morpion' ! Elle fait également preuve de beaucoup d'humanité et d'empathie".

 

Mais si Sylvie Kowalczuk met en scène une assistante sociale haute en couleur, c'est pour "accrocher le lecteur et lui donner envie de se renseigner plus avant sur la profession".

 

La reconnaissance de ses pairs

 

Jusqu'à présent, elle a vendu environ 600 exemplaires de ses ouvrages, "souvent à des consœurs qui semblent apprécier ma démarche", et entend continuer sur sa lancée : "Je prends des notes tout au long de l'année et, dès que j'ai assez de matière, j'entame un nouveau volume".

 

Assistante sociale et écrivaine, Sylvie Kowalczuk est aussi intervenante en école de travail social, notamment sur l'engagement en travail social et sur l'intervention sociale d'intérêt collectif (ISIC), un sujet qu'elle a d'ailleurs développé dans un ouvrage de son propre aveu "beaucoup plus sérieux que les aventures de Gwendoline" : Osez l'ISIC, aux Presses de l'EHESP (2018).

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

La fiche métier Assistant de service social.

 

Les articles :

 

 

Vous trouvez cet article intéressant ? Merci de le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter