Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Une assistante sociale en maraude avec le Samu social

Magali Forestier, assistante sociale en maraude avec le Samu Social 69. © Laurent Trontin/DR

Une assistante sociale en maraude avec le Samu social

Assistante de service social au Samu social du Rhône, Magali Forestier va à la rencontre, au quotidien, de personnes vivant dans la rue. Portrait.

 

A la recherche des personnes

 

Ce vendredi, lorsqu'elle décroche son téléphone, Magali Forestier ratisse la métropole lyonnaise, en voiture, avec une collègue. "Nous sommes à la recherche d'une personne qui a un rendez-vous pour un logement", explique l'assistante de service social (AS). "C'est important pour elle car c'est une opportunité qui ne se présente pas tous les jours".

 

Cette trentenaire à l'accent chantant, diplômée en travail social depuis juillet 2018, fait partie des dix intervenants sociaux – trois AS et sept éducateurs spécialisés – du Samu social du Rhône. Cette structure répond toute l'année aux signalements du 115, va à la rencontre de personnes en grande précarité et leur propose un accompagnement social individualisé.

 

Découvrir le monde de la rue

 

C'est après d'autres expériences professionnelles que Magali Forestier s'est présentée, à 28 ans, à l'Institut du travail social de Lyon.

 

Un stage de deuxième année lui ouvre les portes du Samu social. "Je ne connaissais pas la très grande précarité ni le monde de la rue, mais ce travail m'a beaucoup intéressée et, par chance, lorsque j'ai fini ma formation, un poste se libérait !"

 

Travailler hors les murs

 

Au quotidien, Magali participe à pied aux maraudes en direction d'hommes et de femmes sans domicile, décrocheurs des dispositifs sociaux. "Ce sont des personnes qui sont au bout du bout, qui n'ont plus envie de se raccrocher aux institutions, d'aller voir une assistante sociale ou de faire valoir leurs droits", explique-t-elle.

 

"En travaillant hors les murs, en se déplaçant sur leur lieu de vie, par notre posture, nous essayons de nous mettre à leur portée pour créer un lien d'humanité, de confiance, et leur redonner espoir en quelque chose".

 

Les équipes travaillent aussi en partenariat avec les infirmiers de la permanence d'accès aux soins de santé (Pass) ainsi qu'avec une équipe mobile spécialisée en psychiatrie et précarité.

 

Un accompagnement social adapté

 

L'assistante sociale va proposer un accompagnement adapté aux besoins : une domiciliation dans un CCAS, un accueil de jour, un rendez-vous médical ou chez le vétérinaire pour faire vacciner son animal…

 

Des actions qui ne peuvent être menées que lorsque le lien est tissé. "Avec certaines personnes, nous avons des difficultés à le créer pour différentes raisons, notamment à cause de pathologies psychiatriques", observe-t-elle. "C'est parfois une victoire d'arriver à offrir un café à une personne ou un accompagnement à la douche".

 

Un travail où l'équipe est primordiale

 

L'assistante sociale répond aussi aux signalements du 115. "Nous nous rendons sur place pour rencontrer les personnes, évaluer la situation et les orienter". Un travail où l'équipe tient une place primordiale.

 

"Nous nous apportons beaucoup les uns aux autres", analyse Magali Forestier. "Nous retrouver nous permet de nous décharger émotionnellement, de prendre du recul et de réfléchir à notre éthique : lorsqu'une personne refuse le lien, l'accès au droit, le soin, et qu'elle se met en danger, la question de l'hospitalisation sous contrainte se pose. Il faut alors être certain d'être allé au bout de ce que l'on peut proposer".

 

 

Voir les offres d'emploi Assistant social.

 

Voir aussi

La fiche métier Assistant(e) de service social.

 

Les articles : 

 

En savoir plus

Le Samu social du Rhône est géré par l'association Alynea.

 

Si ce portrait vous a plu, n'hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter