Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Travail social : comment mobiliser son CPF ?

Des conseils pour financer son projet de formation avec son CPF. © Adobe Stock

Travail social : comment mobiliser son CPF ?

Les salariés du secteur social et médico-social peuvent, comme les autres, utiliser leur compte personnel de formation (CPF), crédité en euros. Mode d'emploi.

 

Une nouvelle plateforme en ligne

 

Sur la nouvelle plateforme officielle "Mon compte formation" moncompteformation.gouv.fr, chaque salarié dispose d'un accès direct à son compte personnel de formation (CPF) ainsi qu'à un catalogue en ligne.

 

Une application permet par ailleurs de régler directement les frais de formation. Chaque compte est crédité de 500 € par an et ne peut excéder 5 000 €.

 

Définir son projet professionnel

 

Avant de choisir une formation, il est important de bien définir son projet professionnel.

 

"Le salarié peut faire appel à un conseiller en évolution professionnelle, un service gratuit dispensé par un opérateur régional agréé qui pourra, en fonction de son projet, l'aider à trouver la bonne formation et des cofinancements", indique Schany Taix, délégué général de la Fédération des centres de bilans de compétences.

 

Les organismes de formation sont aussi de bon conseil. Seules les formations qualifiantes ou certifiantes sont éligibles au CPF, ainsi que le bilan de compétences et le permis de conduire.

 

Les diplômes du travail social

 

Quels choix sont possibles dans le secteur social ? La plupart des formations référencées sur "Mon compte formation" sont les diplômes d'Etat du secteur, qui vont de 240 heures et 2 900 € pour un DE d'assistant familial à 3 500 heures et environ 20 000 € pour un DE d'éducateur spécialisé (DEES) ou un DE d'assistant de service social (DEASS).

 

"Les cursus sont longs mais les qualifications 'coeur de métier' sont une priorité de la branche, qui prend en charge 100 % des coûts pédagogiques si le salarié mobilise son CPF", précise Cyril Boullen, responsable du conseil aux salariés pour l'Opco Santé.

 

En attendant les blocs de compétences

 

L'accès à ces diplômes par le CPF sera cependant plus facile lorsqu'ils seront découpés en "blocs de compétences".

 

"Cela permettra par exemple de valider une partie d'un diplôme par la VAE (validation des acquis de l'expérience) et de compléter par les blocs de compétences manquants", explique Diane Bossière, déléguée générale de l'Unaforis, qui regroupe les centres de formation. Ce découpage est en cours pour les DE d'ASS, d'ES, d'éducateur technique spécialisé (ETS) et d'éducateur de jeunes enfants (EJE).

 

Des formations certifiantes

 

Quelques certifications sont aussi référencées : celles de moniteur d'atelier (6 300 €) ou de responsable de secteur services à la personne (6000 €), par exemple.

 

"Il y en aura bientôt davantage", assure Diane Bossière, "notamment les titres de référent de parcours, acteur de développement social territorial, accompagnateur de personnes autistes, et médiateur numérique".

 

Une offre qui va s'étoffer

 

Les salariés ont toujours intérêt à solliciter un cofinancement de leur employeur ou de la branche. En revanche, pour ceux qui souhaitent autofinancer leur projet avec un CPF de 1 000 à 2 000 €, le choix est restreint. Ils peuvent opter pour un accompagnement à la VAE, autour de 1 500 €.

 

Il existe aussi des "mentions" au brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS), des formations en langue des signes ou encore le certificat d'assistant de soins en gérontologie, accessible aux aides-soignants et aux accompagnants éducatifs et sociaux (AES).

 

"Les centres de formation rentrent progressivement leurs formations sur l'appli et l'offre va s'étoffer dans les mois à venir", promet encore Diane Bossière. "Il faut la consulter régulièrement et ne pas hésiter à contacter les organismes en direct".

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

 

Si vous trouvez cet article intéressant, n'hésitez pas à le partager avec vos collègues !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter