Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Lorraine : un projet de campus pour les métiers du secteur social

Médico-social : un campus des métiers devrait bientôt voir le jour en Lorraine (illustration). © Adobe Stock

Lorraine : un projet de campus pour les métiers du secteur social

L'université de Lorraine et deux associations gestionnaires préparent un campus des métiers et qualifications dédié au secteur de l'autonomie et de l'inclusion.

 

Guichet unique pour la formation

 

Créer des campus des métiers du grand âge fait partie des préconisations du rapport El Khomri, qui les décrit comme des "guichets uniques de formation et de qualification", permettant notamment de rendre "plus attractifs les métiers sanitaires, paramédicaux, médico-sociaux et d'aide à la personne".

 

A Nancy (Meurthe-et-Moselle), l'Office d'hygiène sociale (OHS) de Lorraine et l'association AEIM-Adapei 54 n'ont pas attendu la publication de ce texte pour monter un projet de campus qui concerne non seulement les métiers du grand âge mais aussi le champ du handicap.

 

Faciliter le recrutement

 

Dès novembre 2018, un accord-cadre était signé avec le rectorat et l'institut de formation d'aides-soignants (Ifas) de Pont-Saint-Vincent pour pallier les difficultés de recrutement"Mais, rapidement, l'ambition a grandi", raconte Hans Mazetier, directeur de projets à l'OHS Lorraine.

 

Avec l'appui du rectorat, de l'université de Lorraine, de l'agence régionale de santé (ARS) Grand Est, de la région et du département, les deux associations portent en effet désormais le projet de créer un campus des métiers et des qualifications (CMQ).

 

Un campus labellisé

 

Les CMQ sont des structures labellisées par le ministère de l'Education nationale. Leur objectif est d'identifier, sur un territoire donné, un réseau d'acteurs pouvant développer des formations professionnelles centrées sur des filières spécifiques correspondant à un enjeu économique national ou régional.

 

Le projet de campus lorrain a ainsi pour ambition de renforcer l'attractivité des métiers de l'aide et de l'accompagnement et les parcours de formation correspondants.

 

Du CAP à l'IRTS

 

"Nous souhaitons que toutes les structures de formation qui préparent à n'importe quel métier de l'autonomie et de l'inclusion, du niveau V au niveau I, se connaissent et travaillent ensemble", souligne Hans Mazetier.

 

"Cela va du CAP 'petite enfance' à l'IRTS [institut régional du travail social], en passant par les IFAS et les IFSI mais aussi par les centres de formation des kinés ou des ergothérapeutes, les DUT 'carrières sanitaires et sociales' ou les formations universitaires..."

 

Faire évoluer les contenus

 

La démarche vise aussi à réunir les acteurs gestionnaires et les fédérations représentatives (FHF, FHP, Fehap, Nexem, Unapei, Una) pour contribuer à faire évoluer les contenus de formation, initiale ou continue, afin de s'adapter aux nouveaux besoins et aux mutations du secteur.

 

Le dossier a été validé par le comité régional de l'emploi, de la formation et de l'orientation professionnelle (Crefop). Si toutes les étapes sont franchies, le campus devrait ouvrir en septembre 2020, dans la métropole de Nancy, autour de quatre lieux stratégiques :

 

  • le lycée Arthur-Varoquaux, qui prépare à la filière sanitaire et sociale ;
  • l'Ecole de la vie autonome, gérée par l'OHS ;
  • le Village Michelet, de l'AEIM-Adapei 54 ;
  • l'hôpital virtuel de Lorraine (porté par l'université de Lorraine, le CHRU de Nancy et l'Institut de cancérologie de Lorraine).

 

Les partenaires ont enfin, également, déposé une demande de financement au titre du programme d'investissements d'avenir (PIA3), en espérant pouvoir bénéficier d'une enveloppe de huit millions d'euros de crédits sur dix ans.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

 

Cet article vous a plu ? N'hésitez pas à le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter