Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Aide-soignant en Ehpad : une vocation au masculin

Lilian Bletner, aide-soignant, avec une résidente de son Ehpad lorrain. © Aurélie Vion

Aide-soignant en Ehpad : une vocation au masculin

Alors que le métier d'aide-soignant attire trop peu de candidats, notamment en Ehpad, rencontre avec Lilian Bletner, un jeune homme dont c'est la vocation.

 

Un déclic au lycée

 

Titulaire du diplôme d'Etat d'aide-soignant (DEAS) depuis juillet 2019, à 20 ans, Lilian Bletner travaille dans un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) en pleine campagne, près de Toul (Meurthe-et-Moselle).

 

C'est en terminale qu'il a eu le déclic, au cours d'un stage d'observation dans la structure qui l'emploie encore actuellement, la Maison d'accueil Brancion, située à Royaumeix, dans le Toulois. "J'ai tout de suite accroché avec les personnes âgées", se souvient-il aujourd'hui.

 

Au plus près des résidents

 

Le jeune homme avait de qui tenir puisque sa mère a travaillé comme aide-soignante par le passé, mais il s'imaginait plutôt infirmier, au départ : "J'hésitais un peu", reconnaît-il. "Mais le stage m'a permis de constater que je préférais la relation qu'ont les aides-soignants avec les résidents".

 

Certes, selon lui, "certaines personnes pensent que l'aide-soignant est le 'larbin' de l'infirmière. Mais ce n'est pas du tout cela. Nous sommes au plus près du résident, c'est nous qu'ils remercient, plus que l'infirmière qui vient les voir pour des actes qui ne sont pas toujours agréables..."

 

Un métier très féminin

 

Diplômé à sa sortie de Sant'Est Ifas à Nancy, Lilian Bletner était l'un des rares hommes de sa promotion. Normal : 90 % des personnes préparant le DE d'aide-soignant sont des femmes contre 84 % pour l'ensemble des formations en santé, selon la Drees.

 

"Cela ne m'a pas dérangé", assure-t-il. "Aujourd'hui, au sein de l'équipe, je suis le seul aide-soignant homme, et j'ai un collègue infirmier. Mais cela me fait sourire quand les résidents m'appellent 'le jeune homme'...".

 

Aide au lever, à la toilette, à l'habillage, aux repas… Au-delà des soins de nursing, Lilian Bletner apprécie aussi le travail d'équipe et, bien sûr, les relations qu'il noue avec les résidents : "Les personnes âgées ont une histoire, toute une vie derrière eux. On apprend beaucoup sur eux mais aussi sur nous".

 

Des profils de professionnels mixtes

 

Pour Hervé Pierrot, directeur de l'Ehpad de Royaumeix, "la mixité des profils des professionnels, que ce soit au niveau de l'âge ou du genre, apporte du positif pour les résidents".

 

Pour faire face aux difficultés de recrutement et attirer des candidats, le directeur s'attache donc à ouvrir son établissement sur l'extérieur en accueillant régulièrement des étudiants et en collaborant avec Pôle Emploi pour proposer des stages de découverte aux demandeurs d'emploi.

 

Faire connaître le métier

 

"L'image des Ehpad est assez ternie, c'est un milieu méconnu et parfois décrié", regrette-t-il. "Ce sont certes des métiers où la charge de travail est importante, où l'on gère la maladie, la vieillesse et la mort, mais ce sont des métiers qui restent intéressants et riches. C'est à nous de montrer qu'il se passe de belles choses en maison de retraite".

 

"C'est parfois dur de voir partir des personnes qui peuvent nous êtres chères", concède-t-il, "mais lorsque cela se fait de manière sereine, cela allège la peine et on se dit que l'on a servi à quelque chose".

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

La fiche métier Aide-soignant.

 

Les articles :

 

A lire aussi

Aides-soignantes en Ehpad : les héroïnes sortent de l'ombre, paru sur Le Media Social (accès libre).

 

 

Cet article vous a plu ? Merci de le partager dans votre réseau !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter