Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Occitanie : fidéliser les jeunes aides-soignants en milieu rural

Occitanie : élus et employeurs proposent des "contrats de fidélisation" aux élèves aides-soignants. © Arthur Perset

Occitanie : fidéliser les jeunes aides-soignants en milieu rural

Face à la pénurie d'aides-soignants dans ses territoires ruraux, la région Occitanie expérimente des "contrats de fidélisation" pour les élèves en formation.

 

Pénurie d'aides-soignants

 

Le manque d'aides-soignants dans le secteur médico-social n'est pas nouveau mais il prend de l'ampleur dans certains territoires de l'Occitanie, confrontée à l'allongement de la durée de vie, au vieillissement de sa population et à la désertification médicale.

 

Pour tenter de soutenir leur recrutement dans les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et les services d'aide à domicile des zones les plus reculées, particulièrement touchées, la région a mené pendant un an et demi une réflexion avec les directeurs d'établissements et de services.

 

Une aide région/employeur

 

Elle a abouti à la création de "contrats de fidélisation", un dispositif expérimental entré en vigueur à la rentrée 2019. Le principe ? La région et l'employeur versent chacun une aide mensuelle de 150 ou 200 € pendant les 10 mois de formation aux élèves intéressés. 

 

En contrepartie, ces derniers s'engagent à effectuer leur stage et à travailler pendant plusieurs années dans l'établissement financeur : deux ans lorsque l'aide mensuelle atteint 300 € et trois ans pour une aide mensuelle de 400 € (région + employeur).

 

"Nous avons négocié ces sommes avec les employeurs, elles restent relativement raisonnables pour eux et intéressantes pour les apprenants qui pourront étudier plus confortablement", estime Michel Boussaton, conseiller régional délégué à la santé et aux formations sanitaires et sociales. Cette aide sera par ailleurs cumulable avec la bourse d'étude attribuée par la région pour les formations paramédicales.

 

Evaluation dans un an

 

A ce jour, une quarantaine d'employeurs, situés majoritairement en Haute-Garonne, dans le Gard et le Gers, proposent des contrats de fidélisation. Huit élèves ont déclaré leur candidature en juin, soit peu de temps après l'annonce de ce nouveau dispositif. Et la région compte sur une augmentation des candidatures après la rentrée, une fois l'expérimentation connue plus largement.

 

"Nous effectuerons une première évaluation d'ici à un an, nous regarderons le nombre de contrats signés, nous interrogerons les apprenants pour savoir si cela correspond bien à ce qu'ils souhaitaient", poursuit Michel Boussaton.

 

"Nous avions proposé un système identique pour les masseurs-kinésithérapeutes voici plusieurs années, certains étaient satisfaits, d'autres ont préféré rembourser les sommes perçues pour reprendre leur indépendance".

 

Réfléchir aux passerelles

 

Ce dispositif ne pourra toutefois à lui seul améliorer l'attractivité de ce métier "difficile physiquement et psychologiquement", selon Michel Boussaton, et dont la rémunération reste faible et les perspectives d'évolution professionnelle limitées.

 

L'élu invite donc au lancement d'une réflexion avec les acteurs du secteur sanitaire et social autour de la pérennisation de ces emplois et de passerelles à construire vers d'autres métiers.

 

Pour l'heure, une campagne de communication visant à mieux faire connaître les professions du secteur médico-social auprès du grand public doit être lancée par la région d'ici à la fin de l'année.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

La fiche métier Aide-soignant.

 

Les articles :

 

En savoir plus

Contrats de fidélisation, sur le site de la région Occitanie.

 

 

Vous trouvez cet article intéressant ? Vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter