Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Formation au DEES : en savoir plus sur le diplôme des éducateurs

Mieux connaître la formation au DEES avant de s'engager. © Adobe Stock

Formation au DEES : en savoir plus sur le diplôme des éducateurs

On ne s'improvise pas éducateur spécialisé, métier "canonique" du travail social, qui requiert un diplôme d'Etat. En quoi consiste la formation ? Tour d'horizon.

 

Un diplôme niveau licence

 

Accessible dès le bac, le diplôme d'Etat d'éducateur spécialisé (DEES) est reconnu au niveau licence (bac +3), depuis sa réforme en 2018 – comme les DE d'éducateur de jeunes enfants (EJE), d'assistant de service social et d'éducateur technique spécialisé, et enfin de conseiller en économie sociale familiale (DECESF) à partir de la rentrée 2020.

 

Tous ces diplômes partagent d'ailleurs un même socle de compétences, pour développer "une culture commune propre à favoriser la coopération et la complémentarité entre les travailleurs sociaux".

 

A Bordeaux, par exemple, "le premier semestre est commun à tous les étudiants" des différentes filières, explique Didier Barnabé, responsable de la formation éducateur spécialisé à l'IRTS Nouvelle-Aquitaine, "pour l'accompagnement social et éducatif spécialisé et pour l'implication dans les dynamiques partenariales", qui sont deux des quatre domaines de compétences (DC) de la formation.

 

Une formation de terrain

 

La formation au DEES comprend, sur trois ans, des enseignements théoriques (1 450 heures) et pratiques (2 100 heures), soit 60 semaines de stage réparties sur la durée du cursus.

 

Outre l'accompagnement social et éducatif spécialisé et l'implication dans les dynamiques partenariales, institutionnelles et interinstitutionnelles, les deux autres DC à acquérir sont la conception et la conduite de projet éducatif spécialisé et la communication professionnelle.

 

La proximité avec le terrain est fondamentale pour apprivoiser les pratiques auprès des publics accompagnés, en stage bien sûr, mais aussi au cours des enseignements théoriques. A l'IRTS Aquitaine, "nous faisons, par exemple, venir pendant les cours une mère et son enfant handicapé sur une journée, des personnes autistes Asperger ou une association de famille d'enfants autistes", illustre Didier Barnabé.

 

Bureautique et anglais

 

Aujourd'hui indispensable dans la pratique professionnelle, l'usage de l'outil informatique occupe également une place importante dans le DEES. "Nos cours sur les technologies s'adossent au travail éducatif – pour l'usage de tablettes avec des autistes ou en lien avec l'association Emmaüs Connect", souligne le formateur. Mais "le gros de l'effort porte sur la bureautique, car beaucoup d'étudiants ne sont pas à l'aise avec la mise en page ou les notes de bas de page requises pour leur mémoire".

 

Des cours de langue étrangère sont aussi au programme : c'est un atout précieux au contact de publics non francophones. Sans surprise, l'anglais s'impose largement.

 

Partir étudier à l'étranger

 

Les étudiants ont aussi tout intérêt à profiter de la possibilité d'effectuer un séjour à l'étranger, dans l'Union européenne, dans le cadre d'Erasmus+, ou hors des frontières de l'Europe, si leur centre de formation a passé des accords internationaux avec des structures équivalentes.

 

L'année dernière, "pour le stage d'été, une vingtaine d'étudiants sont partis à l'étranger en Afrique, au Pérou, au Laos ou encore au Vietnam", rapporte ainsi Didier Barnabé, pour l'IRTS Aquitaine.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

La fiche métier Educateur spécialisé.

 

Les articles :

 

 

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisé

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter