Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Emploi accompagné : rencontre avec une conseillère en insertion

Le métier de Nathalie Enjalbert : conseillère emploi accompagné. © DR

Emploi accompagné : rencontre avec une conseillère en insertion

En reconversion, Nathalie Enjalbert est conseillère en insertion professionnelle auprès de personnes handicapées, dans un dispositif d'emploi accompagné.

 

Commerciale pendant 20 ans puis formatrice en milieu carcéral, Nathalie Enjalbert est devenue "conseillère emploi accompagné" en décembre 2017, dans le Lot-et-Garonne, au sein de l'Association départementale d'insertion des personnes handicapées (Adiph 47). 

 

Pour soutenir dans l'emploi les personnes en situation de handicap, elle puise de nombreuses ressources dans son expérience professionnelle, longtemps éloignée du secteur social. Son récit sur son nouveau métier.

 

 

De la vente à l'insertion professionnelle

Après un Deug de droit, à la fin des années 1990, je suis devenue commerciale dans la vente de fenêtres. J'ai poursuivi dans la vente de meubles, puis dans la formation. Déjà, je croisais des personnes au chômage que je mettais en lien avec des clients qui recherchaient certains profils.

 

Je me suis reconvertie dans l'insertion en 2015, en devenant formatrice en milieu carcéral : j'accompagnais des personnes détenues pour reconstruire un projet professionnel après leur sortie, ce qui m'a beaucoup plu.

 

Une bonne école

En septembre 2017, j'ai été recrutée comme chargée d'insertion dans un Esat avant de devenir conseillère emploi accompagné à l'Association départementale d'insertion des personnes handicapées (Adiph 47).

 

Je me suis rendu compte que la vente avait été une formidable école pour ce poste. Car une connaissance fine du secteur privé est indispensable : il faut parler le même langage que les chefs d'entreprise, savoir écouter leurs demandes et répondre à leurs besoins.

 

Des qualités d'écoute et de respect

La même qualité d'écoute et de respect est nécessaire auprès des personnes en situation de handicap, afin de les accompagner au mieux à s'insérer dans le milieu ordinaire de travail.

 

Lors d'un premier entretien, je prends le temps de leur poser de nombreuses questions sur ce qu'elles aiment, sur leurs qualités, leurs compétences, qui peuvent être très diverses même sans expérience professionnelle. Nous abordons également leurs éventuels problèmes de santé, une situation de tutelle, ou leurs difficultés financières.

 

Un travail en équipe

Sans cet échange essentiel, toujours convivial, nous ne pourrions pas aller bien loin car je dois vraiment bien les connaître pour savoir dans quelle entreprise et à quel poste elles peuvent s'épanouir. Je ne suis pas seule : les deux éducateurs et le psychologue de l'équipe m'apportent leur regard et des informations précieuses pour élaborer un projet professionnel.

 

Depuis fin 2017, nous accompagnons une file active de 37 personnes, dont 7 ont obtenu un CDI et 9 un CDD, et d'autres sont actuellement en stage. C'est un bilan positif car, pour certaines personnes, le retour à l'emploi nécessite beaucoup de temps.

 

S'appuyer sur un bon réseau

J'ai la chance de très bien connaître le tissu économique local, les agences d'intérim, les services publics de l'emploi : cela permet d'être rapidement informée des postes à pourvoir et très réactive en cas de difficultés d'une personne à son poste.

 

Je gagne 1600 euros net, avec une voiture de fonction, un téléphone et ordinateur portables pris en charge par l'association. Et, à 49 ans, j'apprécie beaucoup ce que je fais car ce métier réunit tout ce que j'aime : le lien avec l'entreprise, le handicap, le travail d'équipe…

 

 

Voir les offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

Si vous trouvez ce témoignage intéressant, n'hésitez pas à le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter