Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Un secteur d'activité émergent : l'entrepreneuriat social

L'entrepreneuriat social est un secteur d'activité émergent. © Adobe Stock

Un secteur d'activité émergent : l'entrepreneuriat social

Allier les enjeux de l'action sociale à la dynamique de l'entreprise commerciale, c'est possible avec l'entrepreneuriat social, qui s'inscrit dans l'ESS.

 

Un secteur d'avenir

 

En pleine croissance, l'économie sociale et solidaire (ESS) représente plus de 10,5 % de l'emploi salarié en France, avec quelque 222 330 structures employeurs pour 2,4 millions de salariés

 

Le secteur constitue ainsi le premier employeur de l'action sociale (avec 61 % des emplois du secteur), selon l'Union des employeurs de l'ESS (Udes).

 

Encore marginales dans cet ensemble – elles étaient 236 en 2017, selon l'observatoire du secteur –, les sociétés commerciales sociales devraient prendre de l'ampleur dans un avenir proche, portées par l'ambition du gouvernement de développer l'ESS, en regroupant les initiatives sous la bannière "French impact".

 

C'est d'ailleurs dans ce cadre que la France accueille, les 10 et 11 juillet 2019 à Paris, un sommet international pour le développement de l'économie sociale et inclusive, le Pact for impact summit.

 

L'entrepreneuriat social, c'est quoi ?

 

La notion d'entreprise sociale est récente : elle a émergé au cours des années 90 avant d'être consacrée par la loi du 31 juillet 2014 relative à l'économie sociale et solidaire (ESS).

 

"L'entrepreneuriat social est une manière d'entreprendre qui place l'efficacité économique au service de l'intérêt général", selon le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves), les entreprises sociales faisant "du profit un moyen, non une fin en soi". Leur activité peut ainsi avoir pour finalité la lutte contre la pauvreté, l'aide à domicile auprès de personnes âgées, l'insertion professionnelle de personnes handicapées, etc.

 

"Les entrepreneurs sociaux n'évaluent pas leurs performances au regard de leurs bénéfices et des dividendes reversés aux actionnaires, ils cherchent avant tout à mesurer leur impact sur la société", indique ainsi Lauriane Barthélémy, chargée de mission sur l'émergence d'entreprises sociales au sein de l'Avise (Agence d'ingénierie pour développer l'économie sociale et solidaire).

 

L'agrément Esus

 

Les sociétés commerciales font ainsi partie des entreprises de l'ESS – au même titre que les coopératives, les associations, les mutuelles, les fondations ou les structures d'insertion – sous réserve de remplir un certain nombre de conditions relatives à leur finalité, à leur gouvernance ainsi qu'à leur gestion (orientation des bénéfices vers la poursuite de leur activité).

 

L'agrément "entreprise solidaire d'utilité sociale" (Esus) permet, pour sa part, aux sociétés qui l'obtiennent de bénéficier d'aides et de financements spécifiques (accession à l'épargne salariale solidaire et réductions fiscales, par exemple).

 

Parmi les entreprises sociales les plus connues, on peut citer, par exemple, un gros employeur du secteur, le Groupe SOS, ou de plus petites structures comme le Réseau Cocagne, Mozaïk RH ou Simplon.co.

 

 

Voir les offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

En savoir plus

"Les sociétés commerciales de l'économie sociale et solidaire : premiers éléments d'analyse", rapport de l'Observatoire national de l'ESS, piloté par le Conseil national des chambres régionales de l’ESS – voir le site du CN-Cress.
Le site de l'Avise, portail du développement de l'ESS.
Le site du Pact for impact summit.

 

 

Si cet article vous a plu, vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter