Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Recrutement : comment éviter de crouler sous les CV

Les conseils de Frédéric Mambrini pour cibler ses recrutements. © DR

Recrutement : comment éviter de crouler sous les CV

Directeur général d'une association dans l'Essonne, Frédéric Mambrini est responsable des recrutements dans ses établissements. Il nous explique sa méthode.

 

Ancien président de l'Association nationale des cadres du social (Andesi) et directeur général d'Andesi Sup, l'organisme de formation de l'association, Frédéric Mambrini dirige le Comité départemental de sauvegarde de l'enfant à l'adulte de l'Essonne (CDSEA 91).

 

A ce titre, il pilote les recrutements des cinq établissements de l'association et nous explique sa façon de procéder. Interview.

 

 

Le recrutement est-il un enjeu fort pour vous ?

Absolument ! Sur nos 220 salariés, plus de la moitié sont des éducateurs spécialisés. Une population qui se renouvelle rapidement pour deux raisons : d'abord parce que beaucoup de salariés quittent la région parisienne pour la province, où le coût du logement est nettement moindre.

 

Ensuite parce que ce métier est très féminisé, ce qui implique de recourir souvent à des CDD pour remplacer des éducatrices en congé maternité ou parental.

 

Diffusez-vous vos offres via Pôle emploi ?

Presque toujours. Mais les résultats sont très inégaux. Sur les métiers techniques, on reçoit souvent un gros volume de candidats, de l'ordre de 20 à 30 personnes, rien que sur la première semaine. Ça nous oblige à un gros travail de sélection mais on arrive à trouver les bons profils.

 

Sur les fonctions éducatives, en revanche, ça ne fonctionne pas. Les candidats sont moins nombreux mais ils ne répondent pas du tout à nos attentes. Sur un poste d'éducateur spécialisé, on ne peut pas embaucher un animateur de centre aéré !

 

Alors comment trouvez-vous les bons profils ?

En diffusant nos offres d'emploi dans la presse spécialisée, notamment.

 

Mais, pour des structures comme la mienne, de taille moyenne, avec de fortes contraintes budgétaires, dépenser 500 à 700 euros, voire 1 200 euros, pour diffuser une annonce, ça représente un coût extrêmement important.

 

Combien de CV comptez-vous recevoir ?

Il n'y a pas de nombre magique. Idéalement, je cherche à recevoir peu de candidatures mais très qualifiées. Si vous avez le choix entre cinq personnes expérimentées, qui connaissent le métier, pas besoin d'en recevoir plus ! Pour les postes d'éducateur spécialisé, un métier "pénurique", c'est souvent le cas.

 

Mais pour ceux de psychologue, jamais : comme les offres sont rares, on peut recevoir 50 candidatures ! Or crouler sous les CV n'est pas la bonne méthode car, pour le directeur d'établissement, ça signifie passer des heures à trier, classer, sélectionner. Pour retenir, au final, trois personnes à recevoir en entretien.

 

Faites-vous appel à des cabinets de recrutement ?

Je m'y suis essayé deux fois, pour des postes de directeur. Mais ça n'a pas marché. Les cabinets de recrutement ont les plus grandes peines du monde à attirer des candidats sur notre secteur. C'est normal : nous avons des exigences aussi fortes que les entreprises mais nous payons beaucoup moins bien...

 

Du coup, pour recruter des dirigeants, il peut être beaucoup plus efficace de passer par la promotion interne, en finançant des programmes de formation à nos salariés pour qu'ils acquièrent les compétences nécessaires.

 

 

Voir les offres d'emploi.

 

Voir aussi : 

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

Si vous trouvez cette interview intéressante, n'hésitez pas à la partager !

 

Journaliste spécialisé

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter