Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article "Un bon CV permet d'être reçu en entretien"

Philippe Delaroa © DR

"Un bon CV permet d'être reçu en entretien"

DG d'une structure d'aide au logement, Philippe Delaroa recrute souvent des travailleurs sociaux. Il nous livre sa méthode pour juger un CV en un coup d’œil.

 

Directeur général de Soliha Paris-Hauts-de-Seine-Val-d'Oise, Philippe Delaroa recrute très régulièrement des travailleurs sociaux pour sa structure, riche de 150 salariés. Il nous dévoile ses recettes pour analyser très rapidement un CV.

 

 

Combien de temps prenez-vous pour lire un CV ?

Moins d'une minute ! Des CV, on en reçoit en permanence, qu'il s'agisse de candidatures spontanées ou liées à une offre d'emploi. On ne peut donc pas les lire intégralement, de haut en bas, ligne par ligne.

 

Les postulants doivent absolument avoir cette donnée en tête lorsqu'ils rédigent leur CV. Si ce dernier n'est pas clair, lisible très rapidement, bien présenté, il finit immédiatement dans la poubelle.

 

Lorsque vous ouvrez un CV, que regardez-vous d'abord ?

Le lieu de résidence. Si le candidat habite à plusieurs centaines de kilomètres, il n'y a quasiment aucune chance qu'il traverse la France pour prendre, par exemple, un poste de conseiller en économie sociale et familiale à Paris !

 

En plus, nous avons besoin de salariés qui connaissent le territoire, ses acteurs. Ce qui plaide pour des candidats habitant à proximité, qui pourront se rendre disponibles très rapidement.

 

Conseillez-vous de mettre une photo ?

Oui, parce qu'on embauche des êtres humains, pas des diplômes. Pour le recruteur, la question n'est pas de savoir si le candidat est beau ou laid, jeune ou vieux, souriant ou sévère. Mais de pouvoir se représenter celui ou celle avec qui il va peut-être travailler demain.

 

Une photo, c'est une façon de se dire bonjour, de s'affirmer sans se cacher. Un CV terne, sans aucun élément personnel, ça ne facilite pas la mise en relation !

 

Un CV doit-il comporter un titre, une mini-présentation ?

Je le conseille fortement. Un candidat qui, en deux ou trois lignes, est capable d'expliquer son expertise et son projet montre deux choses. Qu'il sait ce qu'il veut et qu'il a un esprit de synthèse. Et comme, en plus, il facilite le travail du recruteur, il n'y a aucune raison de s'en priver.

 

Vaut-il mieux commencer par sa formation ou par son expérience professionnelle ?

Par son expérience. Y compris pour les jeunes qui viennent d'être diplômés. Car eux aussi, dans la plupart des cas, ont fait des stages ou des CDD pendant leur formation. Présenter d'abord son parcours professionnel, c'est faire preuve de maturité. Ça montre qu'on est prêt pour le monde du travail, qu'on est opérationnel, qu'on a déjà fait ses premières armes.

 

Mettre en tête ses diplômes, en revanche, ça fait plus scolaire. Or les recruteurs, quel que soit le poste à pourvoir, ne recherchent pas seulement des compétences techniques mais aussi une intelligence comportementale, du savoir-être. Quand un recrutement échoue, ce n'est pas à cause du diplôme. Mais parce que la recrue n'a pas su ou pu s'intégrer au collectif de travail.

 

Mais ça, on ne le voit pas vraiment dans un CV...

Certes. Mais le CV ne sert pas à être recruté. Il ne constitue qu'un point de passage obligé dans le parcours. Un bon CV, c'est celui qui permet d'être reçu en entretien.

 

Mais attention quand même à ce que vous écrivez dedans, n'enjolivez pas trop ! Car en face-à-face, le CV sert aussi de support pour poser des questions. Et là, gare aux incohérences ou aux affirmations trompeuses…

 

 

Voir toutes nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Nos fiches métiers.

Les articles :

 

Ces conseils vous paraissent utiles ? N'hésitez pas à en faire profiter votre réseau !

 

Journaliste spécialisé