Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Occitanie : recruter des accompagnants en gérontologie

L'une des premières promotions d'accompagnants en gérontologie, en Occitanie. © DR

Occitanie : recruter des accompagnants en gérontologie

A l'initiative du Synerpa Occitanie, une formation lancée en 2019 vise à améliorer le recrutement et la professionnalisation dans l'accompagnement du grand âge.

 

Répondre à la pénurie

 

La réflexion est partie du département de la Haute-Garonne, dans une région Occitanie qui souffre comme les autres d'un déficit important de personnels dans les Ehpad et les services de soins à domicile. Face à cette difficulté chronique, le secteur ne cesse de chercher des solutions, comme la création de sections d'apprentissage dédiées.

 

Mais elles ne suffisent pas. En partenariat avec Pôle Emploi, la Croix-Rouge française et le Greta, le Synerpa a donc lancé en 2019 une nouvelle expérimentation : la formation d'accompagnant en gérontologie.

 

Une formation de niveau V

 

"Plusieurs objectifs sont visés : répondre à la pénurie d'aides-soignants, former à l'accompagnement spécifique de la personne âgée au quotidien avec des soins de qualité et adaptés, rendre accessibles ces emplois qualifiés à des personnes non diplômées et en recherche d'emploi", décrit Georges Simon, responsable régional Sud-Ouest du Synerpa.

 

Au cours de cette formation de niveau V, composée d'un enseignement théorique de 295 heures et d'une mise en situation professionnelle de 105 heures, les futurs accompagnants en gérontologie apprennent à accompagner les personnes âgées dans les actes de la vie quotidienne, à identifier leurs besoins, évaluer et préserver leur autonomie, à réaliser des soins spécifiques ou encore à effectuer les transmissions auprès des autres acteurs.

 

Professionnaliser

 

A mi-chemin entre l'agent de service hospitalier (ASH) et l'aide-soignant, l'accompagnant en gérontologie découvre, pendant la formation, "la prise en charge spécifique en gériatrie, l'évolution de la physiologie de la personne, la perte de la sensibilité et des facultés cognitives", poursuit Georges Simon.

 

Cette formation s'adresse aussi aux personnels soignants qui travaillent déjà en Ehpad mais qui n'ont jamais été spécifiquement formés à l'accompagnement de la dépendance.

 

Deux sessions de formation ont été dispensées en 2019 à Toulouse et Montpellier, deux autres s'achevaient début 2020 à Narbonne et Villefranche-de-Lauragais, et quatre autres étaient prévues en 2020. Les promotions accueillent 18 personnes, dont 13 sont des demandeurs d'emploi adressés par les agences de Pôle emploi et cinq des personnels en poste.

 

Une formation à essaimer

 

"Nous n'avons que des bons retours. Nous organisons régulièrement des job datings avec nos adhérents, et les personnes déjà formées sont actuellement recrutées en CDI ou CDD", affirme Georges Simon.

 

L'enjeu est de taille au regard des projections de l'Insee qui prévoit un doublement, d'ici à 2040 en Occitanie, avec un pic en 2032, du nombre de personnes âgées dépendantes, de 85 ans et plus. La dépendance sévère concernera alors 86 000 seniors, soit 20 000 de plus qu'en 2015.

 

Mais cette formation, dont l'impact à long terme reste à mesurer, a aussi naturellement vocation à s'étendre au-delà de la seule Occitanie.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter