Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Aides-soignants : les professionnels alertent sur la formation

Aides-soignants : les professionnels s'inquiètent du retard dans la réforme de leur formation. © Adobe Stock

Aides-soignants : les professionnels alertent sur la formation

La formation d'aide-soignant pourrait être accessible sans concours à la rentrée, pour plus d'attractivité. Mais les textes tardent, s'inquiètent les professionnels.

 

Erosion des candidatures

 

Crucial pour nombre de structures médico-sociales, dans l'aide à domicile ou les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) dont beaucoup ont des postes non pourvus, très porteur puisqu'il concentre de forts besoins de recrutements, le métier d'aide-soignant suscite pourtant de moins en moins de vocations.

 

Entre 2014 et 2018, le nombre de candidats pour entrer en formation a ainsi baissé de 40 %, selon la Drees. L'érosion se poursuivra-t-elle à la rentrée prochaine ? C'est ce que craint le Comité d'entente des formations infirmières et cadres (Cefiec), qui regroupe 268 instituts de formation d'aide-soignant (Ifas).

 

Simplifier l'accès à la formation

 

En pleine réingénierie pour accroître l'attractivité de cette profession – qui figure dans le top 10 des métiers les plus recherchés en 2019, d'après Pôle Emploi –, la formation d'aide-soignant pourrait en effet être accessible sans concours dès la rentrée prochaine.

 

Ce concours constitue en effet "un frein inutile à l'accès à la formation d'aide-soignant", d'après le rapport El Khomri qui préconise, en outre, de créer 93 000 postes supplémentaires d'accompagnants (aides-soignants et AES) d'ici à 2024.

 

Manque d'informations

 

Or, faute des textes réglementaires, les centres de formation ne peuvent délivrer les informations aux potentiels candidats.

 

"Alors que la plateforme Parcoursup vient d'ouvrir et que les Ifas organisent en ce début d'année leurs portes ouvertes et participent à des forums d'orientation, nous ne sommes pas en mesure de donner d'informations sur les nouvelles modalités de la formation qui entreront en vigueur à la rentrée de septembre", s'alarme Martine Sommelette, présidente du Cefiec.

 

Report des textes

 

La réingénierie des référentiels d'activité des aides-soignants (ainsi que des auxiliaires de puériculture) a pourtant été annoncée en 2018, dans le cadre du ‘'Plan Santé 2022''.

 

Et "nous avons participé, depuis avril 2019, à des groupes de travail avec la DGOS et d'autres acteurs de la formation pour travailler sur des évolutions par blocs de compétences et sur les nouvelles modalités de sélection. Tout le monde s'est bien mobilisé", poursuit Martine Sommelette, qui s'inquiète du report des arbitrages de la part du ministère des Solidarités et de la Santé. 

 

"On nous avait annoncé un décret pour Noël mais nous n'avons toujours pas de texte, et le groupe de travail du 17 janvier a été reporté". Du coup, "comment rendre plus attractifs un métier et une formation pour lesquels nous n'avons aucune information à transmettre (sélection, durée de la formation, dispenses...) ?", interroge enfin le Cefiec dans un communiqué.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

La fiche métier Aide-soignant.

 

Les articles :

 

En savoir plus

Communiqué du Ciefec.

 

 

Vous trouvez cet article intéressant ? Vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter