Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Faire de l'animation en Ehpad : une voie professionnelle à explorer

Le rôle de l'animateur en Ehpad vise à (re)créer du lien social entre les résidents (image d'illustration). © Adobe Stock

Faire de l'animation en Ehpad : une voie professionnelle à explorer

Environ 9 000 animateurs spécialisés en gérontologie exercent en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ou en résidence autonomie.

 

Une expertise sociale

 

A la différence des divers professionnels de santé ou médico-sociaux qui peuvent intervenir auprès des personnes âgées, l'expertise des animateurs en gérontologie porte uniquement sur le lien social dans l'établissement d'intervention.

 

"Nous travaillons le vecteur social avec les autres résidents, l'environnement, la famille…", explique Cédric Paris, président du Groupement national des animateurs en gérontologie (GAG), en excluant tout positionnement médical. "Nous n'organisons pas un 'barbecue thérapeutique', par exemple. Nous organisons un barbecue pour créer de la convivialité, tout simplement".

 

Un projet d'accompagnement

 

Le travail des animateurs en gérontologie s'inscrit ainsi dans un projet d'animation lié au projet d'accompagnement personnalisé. "Notre travail consiste à ouvrir les personnes sur l'extérieur et aux autres", souligne le président du GAG.

 

Pour cela, l'animateur développe des interventions sous différentes formes"Des activités de loisir, de prévention physique ou mentale ou qui portent sur l'image de soi et le bien-être (la coiffure, la manucure…), des activités festives telles que des fêtes calendaires, des repas à thème, la participation à des fêtes locales…".

 

Des qualités nécessaires

 

Comment devenir animateur en gérontologie ? Quelles sont les qualités requises ? Pour Cédric Paris, il faut essentiellement faire preuve :

  • d'adaptabilité : "Lors du premier épisode de la covid, il a fallu revoir 100 % des plans d'animation", évoque-t-il ;
  • de méthodologie, pour construire les animations imaginées avec les moyens disponibles ;
  • de savoir-faire, pour mobiliser les capacités des résidents.

 

Il faut également être ouvert. "Il est nécessaire que les animateurs travaillent en réseau, avec les établissements voisins ou d'autres structures alentour, comme une médiathèque", conseille le président du GAG. "Ne pas hésiter à intégrer des bénévoles, voire des membres des familles des résidents".

 

Des postes à pourvoir

 

"Un ratio d'un animateur pour 30 résidents serait souhaitable", poursuit-il. Mais, dans la réalité, on en est loin et les établissements peinent parfois à recruter des professionnels qualifiés pour ce type de missions.

 

Quant aux salaires, ils varient selon l'ancienneté et l'employeur (privé ou public) de 1 500 à 2 600 euros brut par mois environ.

 

Quelle voie de formation ?

 

Plusieurs filières de formation permettent d'accéder au métier d'animateur social. "Le diplôme le plus répandu est le brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (BPJEPS), de niveau 4 (bac), avec la spécialité 'animateur' mention 'animation sociale'", indique Cédric Paris.

 

Est aussi fréquent le certificat professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (CPJEPS), de niveau 3 (CAP, BEP). Depuis septembre 2020, les candidats peuvent aussi passer le nouveau bac pro "Animation - enfance et personnes âgées", de niveau 4, poursuit-il.

 

Plus qualifiés, enfin, les titulaires du diplôme d'Etat de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (DEJEPS) spécialisation "Animation et maintien de l’autonomie de la personne", ou du DUT "Carrières sociales" option "Animation sociale et socioculturelle" – tous deux de niveau 5 (bac + 2) – peuvent aussi exercer comme animateurs en Ehpad.


 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

La fiche métier Animateur en gérontologie.

 

Les articles :

 

En savoir plus

Site du GAG.
Plateforme collaborative Culture à vie (retours d'expériences, idées d'animation).

 

 

Vous avez aimé cet article ? Merci de le faire savoir sur les réseaux sociaux !

 

Journaliste spécialisé

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter