Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article DEIS : le sésame d'une consultante en ingénierie sociale

Ancienne éducatrice spécialisée, Marion Sauvé est devenue consultante en ingénierie sociale. © DR

DEIS : le sésame d'une consultante en ingénierie sociale

Après une carrière bien remplie d'éducatrice spécialisée, Marion Sauvé a passé le diplôme d'Etat d'ingénierie sociale avant de lancer son activité de consultante.


Toutes nos offres d'emploi


 

 

A 43 ans, Marion Sauvé, éducatrice spécialisée de formation, a notamment occupé les fonctions de chef de service dans un institut thérapeutique éducatif et pédagogique (Itep) et dans un institut médico-éducatif (IME).

 

Alors en poste dans cet établissement, elle passe en 2018, en formation continue, un master 2 en sociologie et développement social couplé au diplôme d'Etat d'ingénierie sociale (DEIS), à l'université de Picardie-Jules Verne.

 

"L'idée de passer le DEIS est venue de mon directeur qui sentait que je plafonnais dans mon travail", se souvient-elle. "Il m'a proposé de le financer sur le budget du plan de formation de l'établissement".

 

Spécialiste en ingénierie sociale

 

De sa formation au master 2, elle retient surtout l'approche sociologique qui lui confère, au quotidien, un point de vue plus large, plus ouvert sur les organisations, leur contexte, leur environnement, "alors que le DEES insiste plutôt sur la psychologie".

 

Quant à l'ingénierie sociale, elle "présente un double aspect : un volet de recherche et d'accompagnement des établissements sur les recommandations, les pratiques et la réglementation ; un autre de veille sur les avancées de nos champs d'activité"

 

"Avec le recul, je dirais que les qualités principales pour réussir dans l'ingénierie sociale sont la capacité à donner ou redonner du sens et le sens de l'intelligence des organisations pour analyser les dysfonctionnements et produire un diagnostic et un programme d'intervention."

 

Concentrée sur son coeur de métier

 

En septembre 2019, elle entame finalement une nouvelle carrière de consultante indépendante, à temps partiel. "J'exerce comme consultante indépendante en ingénierie sociale, tout en étant adossée à un cabinet de conseil et de formation", précise-t-elle.

 

"Le cabinet me propose des clients et gère le démarchage et l'administratif. J'ai toute latitude d'accepter ou non. Ensuite, je facture mes prestations (pour un revenu annuel net d'environ 25 000 euros).

 

"C'est une situation idéale pour moi, je ne me concentre que sur le cœur de mon travail", se félicite-t-elle, en ajoutant qu'elle travaille essentiellement à son domicile, avec de fréquents déplacements (hors crise sanitaire).

 

Des actions très variées

 

Marion Sauvé intervient sur des projets très variés, tant au niveau des thématiques que des organisations accompagnées ou du mode d'intervention. Elle peut ainsi mettre en œuvre des formations-actions, des sessions d'analyse de pratiques, des réponses à des besoins de formations adaptées à différents types de professionnels, incluant parfois des personnes accompagnées (par exemple, des personnes en situation de handicap).

 

"En ce moment, je gère cinq missions", indique-t-elle, en énumérant : "la rédaction du projet d'établissement d'une maison d'enfants ; une formation sur mesure pour améliorer les pratiques éducatives dans une autre ; la réalisation d'audits flash sur les outils de la loi 2002-2 (relative à la participation des usagers) pour le compte d'une grosse association parisienne".

 

Sans oublier "du conseil pour l'évolution des pratiques professionnelles et l'amélioration de la communication entre l'encadrement et les équipes dans un foyer de vie ; et un projet de réponse à l'appel d'offres d'un conseil départemental pour la création d'un nouveau foyer d'hébergement".

 

 


Voir toutes nos offres d'emploi


 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles : 

 

Vous avez apprécié ce témoignage ? N'hésitez pas à le partager dans votre réseau !

 

Journaliste spécialisé

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter