Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Coordination de parcours : le rôle du travailleur social référent

© Adobe Stock

Coordination de parcours : le rôle du travailleur social référent

Une fonction pourrait s'imposer dans l'intervention sociale du futur, selon l'Unaforis et la Fonda dans une étude prospective : le travailleur social référent.

 

Sécuriser les parcours

 

La généralisation des parcours séquencés des usagers, caractérisés par une alternance de "périodes d'emploi, de non-emploi, de formation...", constitue "le principal défi qui se posera à la protection sociale de demain", indique l'étude prospective "Vers l'intervention sociale de demain – Des pistes pour la formation", publiée par l'Unaforis et la Fonda en septembre 2018.

 

Avec, pour corollaire, un enjeu de taille pour les travailleurs sociaux : prévenir "l'éclatement" de ces parcours en mettant en place les moyens permettant de les sécuriser.

 

Des réponses adaptées

 

Il va s'agir notamment de "développer des alliances et partenariats, pour construire des réponses adaptées et évolutives, en fonction des besoins de chacun au fil de son parcours", préconisent l'Unaforis et la Fonda.

 

"Il faut être en capacité d'accompagner les personnes dans des parcours plus complexes et de mobiliser d'autres acteurs du champ social et médico-social", explique Anne Hostalier, directrice de l'ERTS (Ecole régionale de travail social) à Olivet (Loiret) et membre du conseil d'orientation consultatif de l'Unaforis. "Cela passe aussi par une bonne connaissance des territoires".

 

Un travailleur social référent

 

Parmi les pistes de l'étude : "développer la fonction de travailleur social référent", dans une logique de "personnalisation des réponses". Le principe : "redonner une place centrale à la personne dans son parcours, qui devient l'un des acteurs avec lesquels va intervenir le travailleur social", souligne Anne Hostalier.

 

La mise en place d'un référent de parcours – déjà recommandée dans le plan d'action interministériel en faveur du travail social et du développement social d'octobre 2015 – fait d'ailleurs l'objet, depuis début 2017, d'une expérimentation pilotée par la direction générale de la cohésion sociale (DGCS) dans quatre départements (Ariège, Bas-Rhin, Paris, Pas-de-Calais).

 

La demande de la personne

 

"Le référent de parcours part de la demande de la personne accompagnée, fixe des objectifs avec elle et mobilise des partenariats sur le territoire pour atteindre ces objectifs", illustre Cécile Costesseque, directrice adjointe insertion-logement au conseil départemental de l'Ariège.

 

"L'objectif est de permettre à la personne d'être actrice de son devenir et de ses décisions. Il n'y a rien de nouveau en soi, on revient à la base [du travail social], mais dans un cadre précis, normé, préparé en amont, en s'appuyant sur des outils méthodologiques montés dans le cadre d'une formation-action"

 

Cette fonction de référent de parcours peut s'assimiler au rôle d'un généraliste "suivant les individus tout au long de leur parcours, et à même de les orienter vers les interventions spécialisées adaptées pour chaque situation spécifique à laquelle ils devront faire face", résument enfin les auteurs de l'étude Unaforis/Fonda.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

En savoir plus

Vers l'intervention sociale de demain – Des pistes pour la formation", étude prospective Unaforis/la Fonda, 2018.
Plan d'action interministériel en faveur du travail social et du développement social, sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé, 2015.

 

Vous avez trouvé cet article intéressant ? N'hésitez pas à le signaler à vos contacts !

 

Journaliste spécialisée