Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Aide-soignant : pourquoi ne pas exercer dans un Ssiad ?

Les aides-soignants peuvent chercher du travail dans l'aide à domicile, en Ssiad notamment. © Adobe Stock

Aide-soignant : pourquoi ne pas exercer dans un Ssiad ?

Les aides-soignants – qui sont le plus souvent des aides-soignantes – peuvent travailler en service d'aide à domicile, pas seulement à l'hôpital ou en Ehpad.

 

Quelles missions en Ssiad

 

Souvent associés aux centres hospitaliers ou aux établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les aides-soignants peuvent aussi trouver du travail dans l'aide à domicile, en particulier dans les services de soins infirmiers à domicile (Ssiad).

 

Comme leur nom l'indique, les Ssiad font intervenir un infirmier qui, pour chaque usager, "établit un plan d'aide personnalisé", explique Christine Rambaud, responsable du Ssiad du centre communal d'action sociale (CCAS) de Poitiers, qui emploie 32 aides-soignants. 

 

Ce plan va détailler ce que doit faire l'aide-soignant "mais aussi ce qu'il ou elle ne doit pas faire, afin de préserver l'autonomie de l'usager", précise-t-elle. Ces missions, ainsi clairement définies, consisteront à l'aider à se lever, à s'habiller ou encore à se laver. Ni ménage, ni cuisine, ces tâches relevant des aides à domicile.

 

S'adapter à l'usager

 

Les conditions de travail sont évidemment très différentes de celles rencontrées en institution. Intervenir au domicile des personnes implique de s'adapter à leurs habitudes, à leur culture et à leur cadre de vie.

 

"Certains usagers n'ont pas toujours la même conception de l'hygiène que nous", note Christine Rambaud, qui recrute aussi bien des professionnels aguerris que des jeunes diplômés. Il est indispensable d'être à l'écoute et d'établir une relation de confiance avec l'usager, afin de pouvoir évaluer son état de santé.

 

Une nécessaire autonomie

 

L'aide-soignant intervenant seul à domicile devra donc être très autonome. "Mais pas indépendant", souligne cependant Christine Rambaud. "Il n'y a pas de prise d'initiative sur les soins à apporter. Il faut suivre le plan d'aide personnalisé. S'il y a besoin d'un changement, il faut en discuter au préalable avec l'infirmier coordinateur".

 

De fait, même s'il travaille seul, l'aide-soignant en Ssiad n'est pas professionnellement isolé. Il participe aux réunions d'équipe, fait des rapports d'activité à l'infirmier coordinateur référent et collabore éventuellement avec d'autres professionnels de santé ou du travail social.

 

Les conditions de travail

 

Au quotidien, les aides-soignants à domicile font des "tournées" dont le nombre d'usagers et les horaires varient selon les Ssiad.

 

"Nos tournées comportent six ou sept usagers", avance ainsi Christine Rambaud. "Nous mélangeons les situations plus ou moins lourdes pour équilibrer les tournées. Les horaires sont de 7 h à 13 h pour les tournées du matin avec une transmission des informations de 13 h 50 à 14 h 10. Et de 14 h à 21 h pour les tournées de la fin de journée".

 

Le salaire à l'embauche des aides-soignants en Ssiad tourne, en général, autour de 1 800 euros par mois (avec des variations en fonction de l'ancienneté, des conventions collectives et des primes éventuelles).

 

Une relation se tisse

 

Parmi les avantages de ce cadre d'exercice, par rapport à l'hôpital ou l'Ehpad, l'aide-soignant pourra aussi consacrer plus de temps à l'usager. "L'aide-soignant ne se partage pas entre plusieurs personnes en même temps, et ne risque pas d'être dérangé par le collègue qui aurait besoin d'aide dans la pièce à côté", illustre Christine Rambaud.

 

Elle évoque enfin "une reconnaissance indéniable de la part de l'usager : une relation riche se tisse [entre l'aide-soignant et la personne accompagnée], même si elle doit être avant tout professionnelle".

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

La fiche métier Aide-soignant.

 

Les articles :

 

 

Vous trouvez cet article intéressant ? Merci de le partager !

 

Journaliste spécialisé

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter