Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Une CESF en CCAS, pionnière des points conseil budget

CESF, Stéphanie Barrau exerce dans l'un des premiers points conseil budget. © Adobe Stock

Une CESF en CCAS, pionnière des points conseil budget

Conseillère en économie sociale familiale (CESF) depuis 2001, Stéphanie Barrau exerce aujourd'hui dans un CCAS, à Agde (Hérault). Témoignage.

 

Une fonction technique

 

C'est pour "l'alliance du côté technique de la fonction de conseillère" à l'aspect humain "d'un métier du social" que Stéphanie Barrau a choisi de devenir CESF.

 

"L'envie d'être utile dans la vie quotidienne des personnes", poursuit-elle. Après différents postes, elle intègre, en 2009, le service logement et surendettement du centre communal d'action sociale (CCAS) de la ville d'Agde (Hérault). 

 

Dans ce cadre, elle accompagne les personnes rencontrant des difficultés locatives et/ou financières, et s'est spécialisée dans la prévention du surendettement, notamment dans le cadre de l'expérimentation des "points conseil budget" (PCB), aujourd'hui en voie de généralisation.

 

Un travail d'équipe

 

"Au sein d'un CCAS, une CESF ne travaille pas seule", raconte-t-elle. "Je suis ainsi en relation étroite avec les assistantes sociales, l'éducatrice spécialisée mais aussi les agents administratifs".

 

"La difficulté locative et/ou budgétaire peut renvoyer à une autre problématique et en échangeant entre professionnels, on arrive à avoir une vision globale de la situation et c'est bien ensemble, et avec la personne, que l'on parvient à la faire évoluer".

 

Autre satisfaction pour elle : travailler en contact direct avec le public, au CCAS ou à domicile, ce qui n'est pas forcément le cas de tous les CESF.

 

Instaurer la confiance

 

Mais parler d'argent n'est pas simple pour les usagers, "il faut donc accepter que cela prenne du temps, le temps d'instaurer une relation de confiance", souligne Stéphanie Barrau, qui a déjà vu des personnes se présenter plusieurs fois avant d'arriver à aborder dans le détail leurs difficultés.

 

"On vise, comme tout travailleur social, à soutenir l'autonomisation et la socialisation des personnes", précise-t-elle.

 

Oser l'expérimentation

 

Membre de la commission de surendettement de son territoire (présentes dans chaque département, ces commissions centralisent et instruisent les dossiers de surendettement), Stéphanie Barrau voit ainsi "passer de nombreux dossiers tout en sachant que certaines personnes, même dans des situations très avancées, ne demandent pas d'aide".

 

Souhaitant être plus "active en prévention", elle s'est alors proposée pour mettre en place un point conseil budget (PCB), dans le cadre de l'expérimentation lancée par le gouvernement sur la période 2016-2018.

 

Le CCAS d'Agde a donc été l'une des institutions ayant expérimenté les PCB, qui se définissent comme des "structures d'accueil inconditionnel destinées à accompagner toute personne rencontrant des difficultés budgétaires et ayant besoin d'un accompagnement".

 

Partager son expérience

 

"L'expérience PCB est très riche humainement !", s'enthousiasme d'ailleurs Stéphanie Barrau. Notamment parce que, le développement des points conseils budget s'appuyant sur des partenariats très divers, l'horizon des professionnels du CCAS s'est élargi.

 

Forte de cette expérience et souhaitant la partager, elle se réjouit enfin d'avoir l'occasion d'intervenir, avec la Banque de France, auprès de futurs professionnels en formation au sein des instituts régionaux du travail social (IRTS) pour "réfléchir ensemble sur les actions possibles de prévention du surendettement".

 

 

Voir nos offres d'emplois.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

Vous avez apprécié ce témoignage ? Vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter