Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Médico-social : soigner l'intégration pour fidéliser les salariés

Bien intégrer les nouveaux salariés dans leur structure pour mieux les fidéliser. © Adobe Stock

Médico-social : soigner l'intégration pour fidéliser les salariés

Pour enrayer le turnover dans le secteur social et médico-social, bien intégrer les nouveaux salariés au sein de l'établissement est un gage de fidélisation.


Toutes nos offres d'emploi


 

Organiser une journée pour les nouveaux embauchés a pour premier objectif de les intégrer à votre service ou votre établissement. "C'est un moment important pour développer un sentiment d'appartenance à la fondation", explique ainsi Boris Papin, directeur des ressources humaines d'Action Enfance qui héberge, dans ses villages d'enfants, près de 850 enfants et adolescents.

 

Sentiment d'appartenance

 

A cette occasion, il est de coutume que le directeur général et/ou d'autres représentants de la direction racontent l'histoire de la structure, ses valeurs, son fonctionnement ainsi que les actions qu'elle mène.

 

Tout cela participe à l'acculturation des derniers arrivés qui peuvent n'avoir qu'une vue parcellaire des réalisations de la structure. La remise d'un livret d'accueil rappelant ces informations est souvent de mise.

 

Mieux se connaître

 

C'est aussi l'occasion d'ouvrir aux professionnels d'autres sites qui peuvent fonctionner différemment que celui pour lequel ils ont été recrutés. "Dans certains de nos villages, les éducateurs familiaux travaillent huit jours d'affilée ; dans d'autres, ce sont trois nuits successives maximum", avance le DRH. "En se rencontrant, les professionnels peuvent découvrir les avantages et les inconvénients des différents rythmes de travail."

 

Ce moment permet enfin de rassembler des métiers différents. "Cette année, nous avons recruté des éducateurs spécialisés, des médecins, des infirmiers, des ergothérapeutes, des formateurs, des chargés d'insertion…", indique Khady Diop, responsable communication de l'Établissement public national Antoine Koenigswarter (Epnak), qui accueille et accompagne près de 4 000 personnes en situation de handicap. "C'est important de mieux se connaître les uns les autres. Ça permet de mieux travailler ensemble."

 

Des retours positifs

 

Pour ses quatre journées annuelles d'intégration, la fondation Action Enfance a choisi d'inviter les salariés à son siège, à Paris. Boris Papin note : "C'est parfois la première et dernière fois que les salariés ont l'occasion de venir au siège. C'est symbolique. Les retours sur cette journée sont toujours très positifs."

 

À l'Epnak, l'organisation se fait sur le terrain. "Pour nos dernières journées d'accueil, la direction générale s'est déplacée dans l'une des 50 unités du territoire. Le directeur général, la DRH et moi-même allons à la rencontre des salariés", précise Khady Diop.

 

S'adapter aux circonstances

 

Bien entendu, ces événements ont dû être adaptés aux contraintes de la crise sanitaire. Les groupes de 25 personnes sont devenus des cellules de sept invités au siège de la fondation Action Enfance. 

 

Quant à l'Epnak, qui intégrait cette année plus de 700 personnes (dont 350 salariés issus d'une reprise suite à un mandat de gestion), elle a pris la décision d'organiser un grand "raout" en visioconférence.

 


Voir toutes nos offres d'emploi


 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisé

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter