Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Médico-social : contrer la pénurie de main d'œuvre avec les Geiq

Les Geiq permettent aux employeurs de recruter du personnel qualifié. © Adobe Stock

Médico-social : contrer la pénurie de main d'œuvre avec les Geiq

Comment les groupements d'entreprises pour l'insertion et la qualification (Geiq) aident-ils les employeurs à lutter contre les difficultés de recrutement ?

 

Un outil de sourcing

 

Solution efficace de formation et de recrutement pour les secteurs en tension – dont le médico-social –, les groupements d'entreprises pour l'insertion et la qualification (Geiq) présentent en effet des chiffres très convaincants : 92 % de réussite aux diplômes et plus de 70 % d'insertion durable en emploi, tous secteurs confondus.

 

Ce dispositif constitue en premier lieu un très bon outil de sourcing. "Le Geiq prend en charge pour nous la recherche et la sélection des candidats selon nos besoins", témoigne ainsi Régis Martin, directeur d'un service d'aide et d'accompagnement à domicile (Saad) et président du Geiq Domicile Occitanie.

 

Sans ce service, "il nous faut au moins 200 CV pour un seul recrutement, c'est très chronophage", précise-t-il.

 

Orientation des candidats

 

Dans le champ médico-social, les candidats sont, en majorité, des femmes de plus de 50 ans en reconversion professionnelle. Pour éviter les erreurs d'orientation, le Geiq Alphee Rhône-Alpes Santé-Social organise une préparation opérationnelle à l'emploi (POE) en amont de la formation.

 

"La POE comprend un bilan de compétences, une découverte des métiers et de l'environnement de travail en Ehpad, pour que les candidats sachent ce qui les attend et pour éviter les abandons en cours de formation", explique Jean-Michel Jacquin, directeur de ce Geiq.

 

Et ça marche : depuis quatre ans, tous sont allés au bout de leur préparation aux diplômes d'aide-soignant ou d'assistant éducatif et social (AES), qui durent entre 18 et 23 mois.

 

Des formations en alternance

 

"L'alternance permet un accompagnement complet, la transmission du savoir-être et des gestes techniques, tout en valorisant nos salariés en tant que tuteurs", observe pour sa part Régis Martin, directeur du saad Carpe Diem Premium, en Occitanie.

 

Sans oublier que ce tutorat est une aubaine pour l'aide à domicile : "Nous avons des prises en charge lourdes qui nécessitent une grande technicité, par exemple de savoir réaliser des aspirations endotrachéales", souligne-t-il. "Les 200 heures de tutorat permettent aux candidats d'intervenir en doublure avant de leur laisser plus d'autonomie".

 

Sécuriser le recrutement

 

Les adhérents au Geiq peuvent ainsi tester, accompagner et intégrer un salarié pendant plusieurs mois avant son embauche définitive : "Cela nous permet de sécuriser le recrutement et d'avoir plus de chances que les embauchés restent", estime Régis Martin, qui recrute environ 12 salariés par an en alternance grâce au Geiq, et parvient à en garder la moitié en contrat à durée indéterminée (CDI).

 

Cet outil ne résout toutefois pas complètement la question de la fidélisation : "Une partie des personnes formées refusent le CDI, ou partent au bout de quelques mois vers des conventions collectives plus attractives, ou des conditions de travail moins difficiles, c'est un peu inévitable", constate Francis Lévy, secrétaire général de la fédération Geiq.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

 

Vous avez apprécié cet article ? Vous pouvez le partager dans votre réseau !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter