Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Le projet de loi "Grand âge et autonomie" annoncé pour l'été 2020

Le projet de loi "Grand âge" verra le jour en 2020, selon la ministre des Solidarités et de la Santé. © A. Simonot

Le projet de loi "Grand âge et autonomie" annoncé pour l'été 2020

Le projet de loi sur l'attractivité des métiers du grand âge et de l'autonomie sera bien présenté par le gouvernement "à l'été 2020", selon Agnès Buzyn.

 

Le grand âge et ses métiers

 

Promis pour 2019 mais repoussé au grand dam des acteurs du secteur social et médico-social, le projet de loi "Grand âge et autonomie" sera bien présenté à l'été 2020, "après une phase de concertation avec le secteur et les collectivités territoriales", a assuré la ministre des Solidarités et de la Santé fin janvier 2020, à l'occasion de ses vœux à la presse.

 

Le texte "a un peu de retard, il est vrai", a reconnu Agnès Buzyn, mais "il est déjà en cours de rédaction, nous serons prêts cet été", a-t-elle insisté, pour répondre aux "attentes fortes" des aînés et de leurs aidants mais aussi des professionnels.

 

Car le rapport El Khomri a montré "à quel point une nouvelle organisation du travail était indispensable pour transformer les métiers et donner envie aux jeunes de s'y engager", selon la ministre.

 

La conférence sociale au printemps

 

Certes, une réelle ambition politique est affichée : "Le président de la République a rappelé dans ses vœux que le grand âge serait une priorité pour 2020", a déclaré Agnès Buzyn ; mais cette affirmation tarde à se concrétiser.

 

Annoncée à l'automne, la conférence sociale sur les métiers du grand âge devrait finalement se tenir après les élections municipales, selon le journal Le Monde.

 

Elle serait pilotée par l'ancienne secrétaire d'Etat Marie-Anne Montchamp, fine connaisseuse de ces questions, actuellement présidente du conseil de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA), qui a assuré au Media Social qu'elle serait très vigilante sur la méthode et le financement de ce projet de loi.

 

Au Parlement en 2021 ?

 

Les financements seront présentés en même temps que le projet de loi, a précisé Agnès Buzyn, qui espère qu'ils seront à la hauteur des besoins : ils doivent notamment permettre "une augmentation des personnels de soins, seule façon de garantir une progression du taux d'encadrement" en institution, ainsi qu'un "plan d'investissement massif de rénovation et de construction" d'établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad).

 

Reste à savoir quand le projet de loi pourra être discuté au Parlement, où l'embouteillage de textes en cours d'examen pourrait reporter les débats à... 2021.

 

Ce qui ne signifie pas que rien ne pourrait être engagé d'ici là : "Beaucoup de mesures peuvent être prises sans passer par la loi", a répété maintes fois Myriam El Khomri depuis la remise de son rapport au gouvernement, en octobre 2019.

 

Un choc pour l'aide à domicile

 

C'est que la cause est urgente : "En 2030, c'est-à-dire demain, nous vivrons un premier point de bascule et les plus de 65 ans seront plus nombreux que les moins de 15 ans", a rappelé Agnès Buzyn.

 

Et comme la majorité des personnes âgées souhaitent pouvoir "rester chez elles pour y vivre jusqu'au bout de leur vie", c'est le secteur de l'aide à domicile qui "va devoir absorber une grande partie du choc démographique à venir".

 

Et ce, d'autant plus que "l'entrée en établissement doit devenir l'exception", a poursuivi la ministre, l'Ehpad devant "être recentré sur la prise en charge des besoins de santé les plus lourds".

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

En savoir plus

Lire aussi l'article du Media Social : "Grand âge : Marie-Anne Montchamp pourrait piloter la conférence sociale" (abonnés).

 

 

Vous avez aimé cet article ? Vous pouvez le partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter