Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Comment organiser un "job dating" réussi ?

Les employeurs s'allient souvent à Pôle emploi pour leurs job datings. © Pôle Emploi Nouvelle-Aquitaine/DR

Comment organiser un "job dating" réussi ?

Rencontrer 20 candidats en trois heures, qui dit mieux ? Sauf que la quantité ne fait pas la qualité, pour réussir son job dating, un maître-mot : la préparation.

 

En s'associant à d'autres structures

 

Plus l'événement est important, plus il est attirant. Fin janvier, en Gironde, une quinzaine de structures ont participé à la semaine des métiers du grand âge organisée par Pôle emploi. Avec plus de 500 postes à pourvoir au job dating, les candidats ont afflué.

 

"Avec nos partenaires de Cap emploi ou des missions locales, nous avions ciblé les demandeurs d'emploi du secteur, mais aussi tous ceux qui présentaient un attrait pour les métiers de l'aide et des compétences transférables, ce qui a permis d'élargir le sourcing", raconte Claire Soulié, directrice de l'agence Pôle emploi de Bordeaux Saint-Jean.

 

En proposant des offres adaptées

 

Théoriquement ouvertes à tous les métiers, ces opérations visent plutôt les bas niveaux de qualification du secteur (auxiliaires de vie, aides-soignants, agents de service hospitalier...) : plus touchés par la pénurie du fait du manque d'attractivité, ils sont aussi moins verrouillés par l'obligation de diplôme que ceux des filières éducatives ou soignante.

 

"Comme ils savent que les employeurs sont en demande, la plupart des candidats ne cherchent pas le CDI à tout prix", note par ailleurs Claire Soulié, "ce qui conduit de plus en plus les recruteurs à se concentrer sur les offres en CDD, notamment de remplacement".

 

En se préparant pour le jour J

 

Pas facile de tout se dire en moins de 15 minutes. Comme les candidats, les recruteurs ont donc intérêt à se préparer.

 

"Pour ne pas oublier les questions essentielles sous la pression du temps, nous avons construit une trame : le métier visé, les diplômes, la connaissance du handicap, les contraintes horaires...", témoigne Valérie Pouget-Gazut, directrice du bassin de Tarn-et-Garonne de l'association Asei. "Cette précaution nous rend plus disponibles, le jour J, pour nous intéresser au savoir-être et à la personnalité des candidats".

 

En jouant le jeu de l'ouverture

 

Si l'entretien est minuté, le contact mérite toujours d'être prolongé. Enjeux ? Mieux faire connaître le secteur et soigner son image d'employeur.

 

Directrice d'exploitation de l'Ehpad Orpéa-Saint Fursy, à Péronne (Somme), Agathe Thuez a tenu à ce que le job dating organisé avec deux agences de services à la personne ait lieu dans ses locaux : "C'est important pour les candidats de sentir la structure", souligne-t-elle, "d'autant que nous visions des jeunes diplômés, donc avec peu d'expérience du terrain".

 

En marge des entretiens, un groupe de professionnels s'étaient portés volontaires pour répondre aux questions informelles des visiteurs. En Gironde, dans le cadre de la semaine des métiers du grand âge, Pôle emploi est même allé plus loin, en organisant préalablement des visites d'établissement et même des immersions.

 

En apprenant de ses échecs

 

Les embauches espérées ne se sont pas réalisées ? C'est peut-être que quelque chose a manqué dans l'organisation.

 

Malgré un résultat décevant pour son premier essai, Valérie Pouget-Gazut ne se laisse pas décourager : "Avec le recul, je pense que nous n'avions pas assez ciblé les offres et que nous avons manqué de communication. En travaillant mieux avec Pôle emploi et les centres de formation, c'est sûr, nous recommencerons".

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

 

Vous trouvez ces conseils utiles ? Partagez-les dans votre réseau !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter