Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Action sociale : Pôle emploi étudie les critères de recrutement

© Adobe Stock

Action sociale : Pôle emploi étudie les critères de recrutement

Dans une étude sur les métiers de l'action sociale, Pôle emploi met en évidence les critères privilégiés par les employeurs dans le cadre d'un recrutement.

 

Un gisement d'emplois

 

"Avec 1,2 million de salariés, le secteur de l'action sociale représente 6,7 % des emplois salariés du secteur privé non agricole", rappelle Pôle emploi dans son portrait des métiers de l'action sociale.

 

Le champ social constitue donc un considérable gisement d'emplois et ce, d'autant plus que leur nombre a fortement progressé sur la période 2005-2017 (+ 40 %), "porté par l'accueil des jeunes enfants et l'aide aux personnes âgées".

 

Des difficultés de recrutement

 

Autres caractéristiques marquantes : le recours aux contrats à durée déterminée (CDD) est plus élevé dans le social que dans l'ensemble de l'économie, et les femmes y sont toujours majoritaires : 79 % des salariés concernés et même 94,5 % des demandeurs d'emploi.

 

En élargissant le spectre, près de 1,4 million de personnes exercent un métier relevant de l'action sociale. Dans ce cadre, "les métiers d'aides à domicile et d'assistantes maternelles offrent des opportunités d'emploi pour des personnes en milieu ou en fin de carrière, ou des personnes préalablement au chômage ou en inactivité".

 

Parallèlement, "les employeurs rencontrent des difficultés de recrutement supérieures à la moyenne des métiers". D'ailleurs, les aides médico-psychologiques, les éducateurs spécialisés et les assistants de service social "retrouvent plus vite un emploi que l'ensemble des demandeurs", assure Pôle emploi.

 

L'expérience professionnelle prime

 

Côté recrutement, "le diplôme, l'expérience professionnelle et les compétences comportementales sont les trois critères les plus regardés dans les CV", rapporte Pôle emploi. 

 

Le diplôme intéresse en effet, en priorité, 77 % des employeurs (contre 40 % pour l'ensemble de l'économie). Ce qui n'a rien d'étonnant, les professions sociales étant souvent liées à un diplôme d'Etat (éducateur spécialisé, assistant de service social, CESF, EJE, etc.). C'est d'autant plus vrai dans les domaines de la prise en charge des personnes âgées, des personnes handicapées ou de l'accueil des jeunes enfants.

 

Cependant, comme dans la plupart des métiers, l'expérience professionnelle prime pour les recruteurs, a fortiori dans l'aide à domicile (83 % d'entre eux), un domaine où ils sont aussi particulièrement attentifs au lieu d'habitation (à 69 % contre 42 % en moyenne dans l'action sociale et 40 % dans l'ensemble des secteurs).

 

Plusieurs voies de recrutement

 

Plus généralement, "neuf employeurs sur dix pensent que la maîtrise de la bureautique ou de l'informatique est une compétence à faire évoluer chez leurs salariés", dénotant un besoin de formation en la matière. 

 

Enfin, plusieurs voies de recrutement sont privilégiées : le recours aux intermédiaires publics de l'emploi, la mobilisation des réseaux personnels et professionnels ou la publication d'une offre d'emploi, plus souvent mise en avant dans l'action sociale que dans l'ensemble des secteurs d'activité.

 

 

Voir nos offres d'emploi.

 

Voir aussi

Les fiches métiers.

 

Les articles :

 

En savoir plus

"Les métiers de l'action sociale", Eclairages et synthèses, Pôle emploi, décembre 2018.

 

Vous avez trouvé cette info intéressante ? N'hésitez pas à la partager !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter