Le Media Social Emploi
Le Media Social
Image de l'article Protection de l’enfance cherche assistantes sociales

© Adobe Stock

Protection de l’enfance cherche assistantes sociales

Le nombre d’assistants de service social (ASS) a augmenté de 84 % en cinq ans dans les structures de la protection de l’enfance du secteur associatif. Explications.

 

Une percée spectaculaire

 

Sur les 33 500 assistants de service social diplômés en France, 9 700 travaillent au sein des établissements et services du secteur associatif sanitaire social et médico-social, selon l’enquête emploi 2017 de l’Opca Unifaf. Un nombre qui a progressé de 14 % depuis 2012, surtout dans les Hauts de France (+ 40 %).

 

Les ASS exercent principalement dans le champ du handicap (3 072) et de la protection de l’enfance (2 249). Mais c’est dans ce dernier secteur que la progression est spectaculaire : + 84 % en cinq ans !

 

Même si les assistants sociaux ne représentent encore que 3 % des salariés de la protection de l’enfance présents dans les maisons d’enfants à caractère social, les foyers de l’enfance, les services d’action éducative en milieu ouvert, les centres éducatifs fermés et les centres éducatifs renforcés, comment expliquer une telle percée ? Diorobo Traoré, chargée d’études à UNIFAF, évoque deux hypothèses.

 

MNA et mesures alternatives

 

D’abord, l’explosion du nombre de mineurs étrangers non accompagnés qui sont confiés aux établissements de la protection de l’enfance. Lesquels font donc appel aux assistantes sociales - le métier est majoritairement féminin - pour résoudre les questions d’accès au droit et de régularisation. 

 

Ensuite, le développement par les conseils départementaux des mesures de placement à domicile ou d’accompagnement renforcé à domicile, alternatives à la séparation de l’enfant d’avec ses parents, qui sont confiées aux établissements et services.

 

Les ASS interviennent alors au sein d’une équipe éducative pluridisciplinaire (composée d’un éducateur, éventuellement d’une puéricultrice, d’une technicienne de l’intervention sociale et familiale, d’une conseillère en économie sociale et familiale) sur le volet social : leur rôle est notamment d’aider financièrement les parents de l’enfant suivi en leur ouvrant des droits aux prestations sociales.

 

Contrastes entre secteurs

 

On observe en revanche une baisse (- 12 %) des ASS dans le secteur des adultes et familles en difficulté (1 195), présents surtout dans les centres d’hébergement et de réinsertion sociale et les centres d’accueil pour demandeurs d’asile. Une stagnation que Diorobo Traoré met en lien avec la baisse des dotations accordées au secteur et la réduction des effectifs.

 

Un risque de pénurie d’ASS ?

 

L’enquête emploi confirme en tout cas la progression globale des assistants de service social dans le secteur associatif sanitaire, social et médico-social, alors même que ce métier souffre d’un manque d’attractivité.

 

Certaines régions ont déjà commencé à réduire les promotions d’assistants sociaux dans leurs centres de formation, s’alarme Dominique Blin, vice-présidente de l'Unaforis (qui fédère les écoles). "Alors qu’on a besoin de ces professionnels, les pouvoirs publics préfèrent diminuer leur nombre plutôt que de faire la promotion de ce métier ! C’est le serpent qui se mord la queue".

 

 

Voir les offres d'emploi Assistant de service social.

 

Vous avez apprécié cet article ? N'hésitez pas à le partager avec vos collègues !

 

Journaliste spécialisée

Toute l'actualité par email

Inscrivez-vous à la newsletter